Une grossesse merveilleuse

Evidemment, tous ceux qui me connaissent bien savent que ce titre est ironique.

Depuis que je suis toute petite, j’adore les enfants, j’ai toujours été la baby-sitter préférée des petits dans mon entourage.

Logiquement me direz-vous,  quand on adore les enfants, la grossesse c’est que du BONHEUR !

Ah oui ? Eh bien, pardonnez-moi de vous dire que  non seulement ce n’est pas que du bonheur mais cela peut être très proche du cauchemar, oui Mesdames et Messieurs, un CAUCHEMAR.

Ceux qui ont lu mon Edito savent où je veux en venir.

« Donner la vie, c’est tellement beau ». Que cette phrase m’exaspère.

Pas pour ce qu’elle signifie au sens premier. Naturellement que le phénomène de la procréation est magique. Pas de doute là-dessus.

Ce qui m’insupporte vraiment, ce sont toutes les suppositions et conclusions qui en découlent naturellement.

Je m’explique : pour un grand nombre de personnes, nous sommes tellement privilégiées de pouvoir  donner la vie, nous, femmes, que nous devons oublier  tous les PETITS désagréments liés à la grossesse et à la naissance du bébé.

Je me sens obligée de le redire, cet article n’a pas un fond noir et n’a pas pour finalité l’extinction de l’espèce humaine.

Mais bon sang, être enceinte c’est aussi de la souffrance. Pourquoi se le cacher ?

De la souffrance physique bien sûr. Je ne referai pas ici le sketch de Florence Foresti que tout le monde connaît si bien. Nous pensons toutes en être l’auteur.

Seins surdimensionnés, prise de poids importante, pass intégral pour toutes les toilettes de la ville, nausées, aigreurs, troubles du sommeil, maux de dos, bref, j’en passe des dizaines !

Chacune d’entre nous pourrait enrichir cette liste.

Donc nous sommes nées femmes. Parce que nous sommes femmes nous pouvons donner la vie. Mais parce que nous pouvons donner la vie, nous devons oublier d’être femmes.

Ne me dites pas le contraire.

A titre d’exemple : J’ai toujours été très coquette et même pendant mes grossesses, je tenais à bien m’habiller. Et bien ce n’est pour cela que je me sentais féminine pour autant !

Ma poitrine avait triplé de volume. Sexy ? Non, pas du tout. J’avais déjà de la poitrine naturellement.

Impossible de trouver un haut sans que je me sente une star du X. Star du X enceinte ? Huuum…moyen.

Je vous parle de mes pieds qui se sont transformés en knackis ? Non.

Je vous parle de mes charmantes vergetures qui sont venues se dessiner sur mon ventre ? Non.

Je vous parle de mes fesses qui ne rentraient plus que dans des leggings ? Non.

D’accord, j’arrête.

Au-delà de ces transformations physiques qui ne sont pas rien (je vous apprends un truc quand je vous dis que les seins ça dégonfle ? Que les kilos, une fois qu’ils ont le permis de séjour, ils ne veulent plus être délogés ?), il y a une chose que je n’ai jamais acceptée : qu’on ne me voit plus comme une femme.

T’es maman ? Géniaaaaal ! Une épisiotomie de 7 cm, des crevasses dignes de la guerre du Vietnam, un ventre qui ne dégonfle pas !

Eho ? Pourquoi on ne m’avait pas  dit ça avant ?

Le papa te dit, mais c’est normal, t’as été enceinte ! Tu t’attendais à quoi?

Donc je considère normale la phrase qui a résonné 9 mois dans ma tête quand nous regardions nos photos de vacances  (j’étais alors enceinte d’un mois)  «  Tu as intérêt à être comme ça dans 1 an »?

NON.

Je considère normal que nous ne partions plus en week-end tous les 2 parce que nous ne pouvons laisser le bébé à personne, c’est comme ça maintenant, on ne peut plus s’en séparer. « Enfin, ça c’est ça être parents ! »?

NON.

Je considère normal que le soir, quand papa rentre du bureau, il aille direct dans la chambre pour voir bébé et ne me dise pas bonjour (genre 15 minutes après).

NON.

Je considère normal que le papa ne me demande pas comment je vais. Parce qu’il est évident que  tout va bien, je suis toute la journée à la maison avec bébé. C’est top de pouvoir varier entre courses, machines à laver, ménage, changes. Et de ne même pas avoir eu le temps de prendre sa douche. Ehehe, j’en ai toujours rêvé !

NON.

Je considère normal que je sois maintenant vue exclusivement comme une maman et plus comme une femme. Je dois vivre, respirer, penser, dormir, manger MAMAN. Langage Guigoz et Pampers en gros.

Soirées en amoureux, we, siestes crapuleuses, aller danser, TU OUBLIERAS.

NON.

Alors je vais arrêter ici les dégâts.

Tout le monde n’a fort heureusement pas vécu la même situation.

Ce sujet est encore tellement tabou dans notre société. C’est dingue au 21ème siècle quand même. Vous ne trouvez pas ?

Et je soutiens les papas qui ont vécu ou vivent cette situation.

J’en connais personnellement qui aiment profondément leur femme, épouse, bref, la maman de leur enfant.

Mais qui ne comprennent pas pourquoi après être devenue maman, elle ne vit plus que par et pour ce rôle.

Beaucoup trop de couples en souffrent en silence. Beaucoup trop de couples se séparent ou vivent dans le déni total.

On ne se remémore pas assez que la personne avec qui on a voulu avoir un bébé (non, qu’on a choisie en fait) est la personne qu’on aime et avec qui on a décidé de faire un bout de chemin  (avec ou sans enfant).

Les conséquences sont trop lourdes pour que le dialogue ne soit pas ouvert. Je vous l’assure.

Nous pouvons êtres femmes, amies, complices, maîtresses et confidentes de nos hommes.

Ils en rêvent !

A vous de jouer.

P-S– je vous rassure aussi, mais j’en parlerai certainement dans d’autres articles, on arrive à redevenir FEMME quand on veut 😉 Pour cela, il suffit de…..le vouloir.

Ça, c’est cadeau !

SANYO DIGITAL CAMERA

4 réflexions sur “Une grossesse merveilleuse

  1. Tu as tellement raison… Moi aussi j’ai mal vécu ma grossesse, je n’étais pas préparée à ce que ce soit si difficile (9 mois de nausées, j’ai fini par faire une déprime avec suivi psy et tout !) Je n’en pouvais plus du décalage « tu es enceinte c’est merveilleux » et ce que je ressentais moi, c’est à dire de la peur et un mal être physique insupportable ! Je me suis beaucoup retenue pendant ces 9 mois mais avec le recul, j’aurais du me confier davantage à ma mère qui peut-être m’aurait un peu rassurée. Mais je ne voulais pas qu’elle s’inquiète, alors j’ai serré les dents.
    Par contre je suis redevenue moi-même assez vite après, je mettais un point d’honneur à être jolie même après mon accouchement… Tu ne m’aurais jamais croisé en jogging, legging ou autre tenue réservée aux « jeunes mamans qui viennent d’accoucher ».

    En tout cas je trouve ça très bien que tu en parles, ça doit être sacrément libérateur ! Et pour en revenir à nos hommes, il est malheureusement impossible de prévoir leur réaction face à la naissance du bébé… Si souvent ça se passe bien, parfois ça casse ! Ton couple a beau être soudé, c’est quand même une sacrée épreuve qui chamboule tout ton couple et il faut quand même un peu de temps pour trouver le juste équilibre.

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore ! Que ça fait du bien de lire des choses comme ça, tout le monde s’affiche tellement dans le bonheur comme si tout était simple et naturel, on a vraiment tendance à croire que nous sommes seule à avoir un problème avec cette nouvelle vie, ce nouveau corps, ce nouveau couple, ce nouvel être… Et comme tu le dis très bien à la fin, redevenir femme ça doit être une volonté, se laisser embarquer dans « je passe ma journée en pyj/grand tshirt/sweat dégueu avec auréoles autour des nichons » peut durer sans qu’on y fasse trop attention. Les papas/maris ont à ce moment un grand rôle à jouer et ils ne s’en rendent pas tjr compte. Chacun son rythme, il ne faut pas se blâmer.

    Aimé par 1 personne

  3. ou la la ! beaucoup de colère en vrac dans ce billet, où sont mélangées les douleurs physiques et psychiques… Peut-être que tu n’étais pas vraiment prête pour ça! Etre mère est effectivement un sacrifice de soi pour son bébé, et le couple passe après, les week-ends en amoureux reviendront mais plus tard, il faut laisser le temps. l’enfant est aussi une épreuve pour le couple c’est vrai. Mais il ne faut pas tout mélanger. Ton corps redeviendra ferme, svelte et beau, mais pas en 3 mois. Et tous ces désagréments ne sont rien comparés au bonheur d’être entourée d’enfants! Enfin pour ma part 😉
    Courage pour affronter tout ça!

    J'aime

  4. Même avec un gros ventre tu es jolie…lol
    Mais super gros le bidochon dis moi.
    Ma petite femme aurait toujours voulu savoir ce que porter un petit être était…quitte à en souffrir sans doute…

    J'aime

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s