13 ans déjà. Si grand et encore un enfant.

DSCF4623

Tu as déjà 13 ans.

Si grand et encore un enfant.

Encore un enfant, et pourtant, tout est devenu si compliqué.

Tout est source de conflit.

Manger un yaourt, se brosser les dents, ranger ta chambre, avoir un Iphone, faire les devoirs, prendre ta douche, vider le lave-vaisselle, descendre  la poubelle, discussions interminables sur le besoin réel d’avoir des vêtements et des chaussures de marque.

La vie de tous les jours d’un adolescent quoi.

Tout est si compliqué.

Si grand et encore un enfant.

Tu as déjà envie de faire ta vie, échapper à toute autorité, faire la sourde oreille aux règles, me montrer que tu peux me tenir tête.

Un ado normal en somme.

Sauf que toi tu revendiques en plus être un enfant qui en a déjà trop vu pour son jeune âge, ce qui te confère automatiquement plus de « droits ».

Je sais que tu m’en veux de t’avoir fait souffrir autant et j’ai également perçu à quel point tu as enduré ces tourments.

Les séparations ne sont jamais simples et comme je te l’ai dit tant de fois, «  il y a des choses qui se passent entre les grands qui ne regardent que nous et que vous ne pouvez pas comprendre, vous enfants ».

Je sais encore que tu as peur de te heurter à nouveau à la douleur et surtout de me voir comme il y a 5 ans.

Tu ne me le dis pas, mais je le sais. Une maman sait.

Tu as été l’homme de la maison  alors que tu étais encore un petit bout (d’homme).

Il faut que tu saches que c’est aussi et surtout grâce à toi et ton frère que j’ai surmonté cette épreuve.

Il faut que tu saches que si tu m’as vue partir, c’est toi qui m’as fait revenir.

Il faut que tu saches que je repense souvent à la force dont tu as fait preuve pour affronter ces difficiles moments de notre vie qui, je le regrette profondément, t’auront marqué au fer rouge pour toujours et surtout que je suis fière de toi.

Malgré tout ce que tu peux penser.

Aujourd’hui tu es en enfant fragilisé, qui ne croit plus en l’amour (ce sont tes mots), qui ne fait confiance en personne et dans la recherche permanente d’attention.

Tu as peur d’être déçu, qu’on ne te voit pas, qu’on ne t’entende plus.  Je comprends.

Aujourd’hui ta maman a retrouvé un amoureux qui s’occupe bien de toi mais tu ne lui fait pas confiance.Je comprends cela parfaitement, aussi.

Il ne faut pas que tu m’en veuilles d’aimer un autre homme que toi et de ne plus être qu’une maman.

Crois-moi, ta maman a beaucoup plus à donner quand elle est amoureuse et épanouie.

Tu apprendras une chose quand tu grandiras, une maman aime toujours ses enfants, quoi qu’il arrive.

Mais tu as peur que tout recommence.

Nous sommes plus forts maintenant, tu le sais, je te le répète incessamment.

Fais-moi confiance. Fais-nous confiance.

Ces moments de tension où tu recherches en permanence la confrontation pour vérifier si je t’aime, je les entends.

Mais comme je suis ta maman, je veux que tu grandisses dans les meilleures conditions, que tu te construises avec de véritables valeurs.

Je ne veux surtout pas que tu te victimises éternellement parce que tu as côtoyé la peine de si près.

Je veux que tu transformes tout cela en force, volonté et caractère.

Je ne veux surtout pas que tu deviennes un handicapé des sentiments.

Je veux que tu fasses de nouveau confiance, que tu crois en l’amour qui dure, sincère et désintéressé.

Si je suis exigeante avec toi, au point que tu me trouves vraiment pénible,c’est parce que je ne veux pas lâcher.

Si j’ai pu indirectement te porter préjudice et contribuer à cette allergie que tu fais aux sentiments positifs, je veux y remédier.

Non, en fait, je vais y remédier.

Pour cela, je vais encore être pénible longtemps, nos discussions vont continuer, tu vas crier, je vais m’énerver, tu vas me détester, nous allons encore pleurer.

Cette fois-ci en revanche, tout cela ne sera pas en vain, je te le promets.

Parole de maman. De maman qui t’aime.

Si grand et encore un enfant. Mon enfant.

Joyeux anniversaire mon chéri.

Rui et moi

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s