« Vengeance en Prada, le retour du Diable »: une petite pépite de la chick lit.

Après coups de gueule, combats (toujours en cours) et journées un peu moroses, je me suis enfin décidée à vous parler de mon dernier coup de foudre (parce que c’est plus fort que coup de cœur), pour le dernier livre de Lauren Weisberger, «La vengeance en Prada,le retour du diable».

Si vous n’avez pas la mémoire des noms, vous ne pouvez par contre pas être passés à côté du livre ou un peu plus tard du film « « Le diable s’habille en Prada », sorti en 2005 et devenu depuis un succès mondial de ce qu’on appelle plus communément la chick lit.

Juste en petite piqûre de rappel, ce roman raconte l’histoire d’une jeune femme nommée Andrea qui, à la sortie de l’université est à la recherche d’un job de journaliste et devient sans trop comprendre ce qui lui arrive, assistante personnelle de Miranda Priestly, la rédactrice en chef du plus grand magazine de mode, Runway.

l-adaptation-en-film-du-best-seller-avait

Toutes les filles rêvent de plonger dans cet univers à paillettes, so glamour et fashion.

Mais cet univers est aussi impitoyable ( Dallaaaaaas) et Miranda Priestly est un véritable tyran, malmenant ses assistantes au delà du supportable….et Andreaaaaaaa découvre rapidement les coulisses sans pitié de la mode.

Emily, la première assistante de Miranda, avec des ambitions extravagantes, ne va guère lui faciliter la tâche.

Lauren Weisberger a elle-même travaillé en tant qu’assistante de la non moins célèbre Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue.

S’en serait-elle inspirée ? Elle le nie, pourtant.

Dans ce dernier opus, nous retrouvons Andy et Emily, dix ans après.

Elles sont sorties des flammes dantesques de Runway et ont même réussi à se lier d’amitié, quand elles se retrouvent par un total hasard, à un cours de cuisine.

Alliant leurs talents respectifs, elles se lancent dans un excitant projet, la création d’une revue sur le mariage « The Plunge », qui va vite devenir le magazine incontournable en la matière, se démarquant de tout ce qui existait alors en kiosque sur ce sujet, qui fait pourtant rêver tant de femmes.

« The Plunge » signifie le grand saut, mais vous le saviez, of course.

Et c’est avec grande tristesse, que je lis que c’est avec Max, beau et excellent parti New-Yorkais, qu’Andy s’apprête à le faire, le grand saut.

Et oui, je m’étais attachée à son ancien petit ami, Alex, peut-être que l’acteur qui joue son rôle dans le film y est pour quelque chose (Adrian Grenier).

Tiens, deuxième piqûre de rappel :

e22361a5f9c58c8540b78ff0813cc469

Mais on découvre un Max attentionné, gentil, qui est de plus sexy à souhait et à la tête d’un important groupe de communication, et on s’y fait, il est plutôt chouette ce Max (même si je n’oublie pas ce regard azur d’Alex), Adrian, reviens !).

On peut donc dire qu’Andy est épanouie, avec une carrière professionnelle sur les chapeaux de roue, son magazine connaissant un succès fulgurant, bien que sa belle-mère ne porte pas sur elle le regard de la belle-fille rêvée et lui fasse bien ressentir.

Emily, elle, est toujours égale à elle même, mais devenue aussi en quelque sorte attachante, désormais mariée à un producteur d’émissions de télé-réalite dont on doute quelque peu de la fidélité.

Jusqu’au jour où Miranda, toujours aussi hautaine et cynique, réapparaît dans leur vie, bien déterminée à ne faire d’elles qu’une bouchée, perchée sur ses talons aiguilles et parée des tenues de ses amis, ces grands couturiers de renommée internationale.

Le diable en personne est de retour et va venir, tel un ouragan que l’on ne voit pas arriver, tout chambouler dans leur vie.

Je ne peux vous en dire plus.

Les rebondissements se multiplient, vous tiennent en haleine et je vous assure que jusqu’à la dernière page, vous en aurez le souffle coupé, vous sentirez votre cœur battre plus vite, vous trépignerez d’envie de savoir, sans pourtant vouloir voir arriver le mot « FIN ».

Et vous ne devinerez jamais comment cela se termine.

J’ai été tellement prise par ce livre, que je refusais que mon amoureux me dépose au travail le matin, je préférais me lover dans mon 3ème wagon, du RER E, m’asseoir à la place, côté fenêtre, et jouir de ce moment, rien que pour moi.

Je me surprenais à émettre des sons alors que des dizaines de personnes se retrouvaient entassées autour de moi, des « Nooooonnnn », « Ouiiiiiiii», « Ahahhhhah» et parfois les larmes me piquaient les yeux.

Alors que Frédéric Beigbeder avait dit dans le Figaro Magazine à propos de ce roman que : « l’écriture de Weisberger semble l’œuvre d’un logiciel automatisé », et que «le roman est une « caricature involontaire […] d’une certaine upper class new-yorkaise, effarante de niaiserie et déconnectée de toute réalité », je vous avoue que j’ai osé ne pas tenir compte de son avis.

Et j’ai tellement bien fait de ne pas t’écouter Fred !

Ce roman m’a offert un formidable moment de détente, d’émotions, de décompression et d’évasion de mon quotidien un peu moins rieur dernièrement.

Et parfois, c’est juste ce que l’on attend d’un livre.

e970996995473ad33011b8cd81513817

Fred, d’ailleurs, si tu me lis, hihi, sache que j’ai essayé, vraiment, mais à chaque fois que j’ai commencé un de tes livres, j’ai été obligée de m’arrêter.

Trop de cynisme, de satyre et de snobisme pour moi, c’était fatigant.

Ce n’est pas ce que j’attends d’une lecture.

Prenez le risque de le lire !

Vous vous sentirez léger (sans régime), souriant dans les transports (sans même avoir écouté une blague pourrie de votre voisin de bureau) et libérééééé, délivréeéééé (sans avoir vu la Reine des Neiges, c’est pas beau ça ?) !

Pour moi, « La vengeance en Prada, le retour du diable » est une petite pépite de la chick lit.

Je vous souhaite à tous une très bonne fin de dimanche et une agréable semaine remplie de paillettes,qui va être pour moi assez intense (et c’est l’anniversaire de l’amoureux, chuuuut).

Chickettement votre,

8 réflexions sur “« Vengeance en Prada, le retour du Diable »: une petite pépite de la chick lit.

  1. Chacun son point de vue mais moi, ce roman fut une déception. Déjà son ex … Alex était un personnage sympa et ne pas le voir avec Andy … ça m’a un peu refroidie. Le pire fut Miranda. On te vante les mérites de ce monstre pour au final la voir si peu que ça. Dommage car sans Miranda, rien ne va. Je pense qu’elle n’aurait pas du faire une suite. C’est vraiment un roman catastrophique pour moi. Il y a mieux je pense.

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, chacun son point de vue Holly…j’ai eu la même sensation quand tu avais écrit ton billet sur le film « Flying love » et je m’étais précipitée pour acheter le DVD…grande déception pour moi…nous nous sommes endormis. Pour moi ce livre de Lauren est celui qui m’a fait le plus palpiter, et je les ai tous lus pourtant… Chacune est touché à sa façon ! Bonne fin de we ! Bisous

      J'aime

  2. J’ai bien envie d’essayer. Le premier était top.
    Même si je trouve que parfois les suites sont moins passionnantes.
    Oui parfois Cristina on a besoin de lectures faciles, pour évacuer!
    Bises et douce soirée!

    Aimé par 1 personne

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s