« Les gens dans l’enveloppe », mon dernier coup de coeur littéraire.

Ce jour là, je n’avais pas le temps.

Je m’étais arrêtée rapidement à la Fnac Saint-Lazare, en prenant le risque de perdre mon train.

Qu’est-ce qu’on ne fait pas pour ses enfants …mais l’ado avait besoin de livres.

En passant devant les coups de cœur de la Fnac, je n’ai pas pu m’empêcher d’être irrésistiblement attirée par la couverture du livre d’Isabelle Monnin, « Les gens dans l’enveloppe ».

Certainement aimantée par les photos de la couverture, me rappelant mon enfance et les centaines de Polaroïds capturant nos communions, nos Noëls ou les différentes fêtes de famille.

9782709649834_1_75

Cette petite fille sur la couverture, au regard fuyant et mystérieux ça aurait pu être moi, toi, nous, vous.

Cette grand-mère ressemble à la mienne, sûrement à la vôtre.

« On ne retient pas la vie, on peut juste s’en souvenir. La vie est comme les secondes, elle se fiche de nos efforts, elle coule dans son perpétuel effacement. Du sable entre les doigts, une goutte d’eau sur une pierre chaude ».

Cette idée d’écrire ce roman, de l’auteure Isabelle Monnin, peut sembler un peu folle, sûrement originale et encore plus nébuleuse.

Une odeur de papier mouillé, un regard Technicolor, un toucher soyeux et rassurant, un poème que l’on aime à lire.

En 2012, Isabelle Monnin achète 250 photos d’une famille dont elle ignore tout.

4762183_6_ac65_apres-avoir-reinvente-leur-vie-l-auteur-est_4e99ec5e6f892dea5583ed3e8dab818f

Restés au départ  enfermés dans cette enveloppe, elle se décide un jour à les en sortir.

Elle imagine alors l’histoire de ces inconnus pourtant si familiers, sur ces photos.

Il s’agit de la première partie du livre, le roman.

Ce roman, je l’ai dévoré.

J’ai accompagné l’histoire de ces personnages avec ferveur, parfois un peu d’angoisse et de tristesse, mais toujours avec cette envie de savoir.

De savoir le destin que l’auteure avait pu imaginer pour cette petite fille, cette grand-mère aux lunettes noires, cette maman qu’on ne voit pas.

Pourquoi ? Où ? Comment ?

Après avoir dessiné leur histoire sur le papier et dans ses rêves, Isabelle Monnin décide de mener l’enquête.

L’enquête est la deuxième partie du livre.

Avec autant ou plus d’appétit que le roman, je me suis régalée de cette investigation qu’Isabelle Monnin avait décidé de mener à propos de ces (ou ses) personnages auxquels elle s’était tant attachée.

C’est avec fébrilité que j’ai découvert le vrai Serge, la petite Laurence, qui était Mamie Poulet, ou encore Simone dans la réalité , toujours avec poésie et grande finesse.

4762180_6_ca47_l-une-des-photos-de-l-enveloppe-achetee-par_9718aa442098ad62ac9a8b2fa8509d87

Je me suis sentie traverser les années, bercée par ces histoires de vie, emportée par le même courant d’eau, que nous retrouvons à maintes reprises dans le livre.

J’ai été touchée par cette façon d’écrire, si fluide et si sensible à la fois, une délicatesse extrême qui peut provoquer en vous de nombreux sentiments : la colère, la tristesse, la joie, l’impatience, la fébrilité et surtout le plaisir, le plaisir de lire.

« Les gens dans l’enveloppe », ce sont aussi des chansons, qu’Alex Beaupain a écrites pour ces gens, hors de l’enveloppe.

On y retrouve les empreintes de sensibilité et de tendresse.

L’exercice intéressant que l’auteure a réalisé est celui d’écrire le roman avant même d’entreprendre une quelconque recherche.

Les recherches ont été menées en toute pudeur, ayant toujours comme but de préserver les vrais « Serge » ou « Laurence ».

Nous ressentons toute la sincérité qui se dégage des liens tissés petit à petit entre l’auteure et les membres de cette famille qui ont bien voulu la rencontrer.

C’est une famille qui au premier regard paraît ordinaire.

Isabelle Monnin a su nous la rendre passionnante, et les quelques coïncidences troublantes la rendent encore plus attachante.

C’est mon grand coup de coeur de la rentrée littéraire.

Et oui…j’ai raté mon train, mais pour une fois, c’était pour une bonne raison.

Bonne semaine !

4 réflexions sur “« Les gens dans l’enveloppe », mon dernier coup de coeur littéraire.

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s