Un je t’aime pour ma maman

Quarante ans, je vais bientôt avoir quarante ans.

Ce n’est pas le nombre qui me fait peur.

Je n’ai jamais été aussi épanouie que maintenant.

Absolument.

Je pénètre dans mon cycle d’accomplissements, je m’essaye à de nouvelles choses qui m’effrayaient jusqu’à présent, je me jette, je me guette.

Ce qui me terrifie vraiment, c’est l’idée de perdre mes parents.

Si les derniers jours ont été un véritable medley d’émotions, ce n’est pas uniquement parce que je suis en train de signer un contrat d’édition pour publier mon premier livre, rêve pourtant très cher à mon cœur.

C’est aussi parce que j’ai perdu un petit bout de mes parents.

Cela faisait des mois que j’y pensais, des sanglots dans la voix à chaque fois que j’en parlais.

Dimanche dernier, mes parents sont partis.

Ils sont partis rejoindre leur pays, qu’ils avaient quitté il y a plus de quarante ans, pour fuir la misère et la dictature.

Ils avaient quitté leurs proches, leur culture, leurs racines.

Ils n’étaient encore que des enfants.

Pendant toutes ces années, durant, nous y retournions pour les grandes vacances.

Chaque année qui passait, de nouvelles rides avaient creusé les visages teintés de soleil de mes grands-parents.

Nous les trouvions amoindris, fustigés par la maladie, nous n’étions pas là quand ils sont partis.

Ils n’ont pas pu leur dire au revoir, quand ils sont arrivés il était déjà trop tard.

Toute ma vie, je me rappellerai la douleur de mon papa, à la vue de ma grand-mère, dans le cercueil.

Papa était redevenu un enfant, il n’avait pas pu dire au revoir à sa maman.

Toutes ces années loin, à gagner sa croute de pain, pour ne pas pouvoir dans leur dernier souffle, leur donner la main.

Le temps passe si vite que nous n’en apercevons même pas.

Hier encore, nous étions des enfants, aujourd’hui, nous voilà à notre tour parents.

J’appréhende cette phase de ma vie où, à mon tour, je vais les voir se faner et perdre leurs pétales.

Je me sentais plus rassurée quand ils étaient à mes côtés.

Ils ne sont pas loin, bien sûr, 2 heures de vol et je peux les retrouver.

Mais ils ne font plus partie de mon quotidien et je ne fais plus partie du leur.

Je ne peux pas les retrouver le dimanche, je ne peux plus prévoir de retrouvailles spontanées avec mes enfants.

C’est dire si ce sujet m’émeut encore beaucoup trop, les larmes coulent sur mon clavier pendant que j’écris ces mots.

Je ne sais pas si mon frère ressent la même chose, nous n’en avons jamais parlé.

Chez nous, ces émotions sont difficiles à exprimer.

Nous préférons rester habillés de notre fierté.

Pourtant, là, je me sens, nue, complètement prise au dépourvu.

Depuis une semaine, je me sens comme orpheline.

Je pense à la fête des mères, dans huit jours et je la sens qui se resserre, ma poitrine.

Vous voyez, il ne faut pas croire tout ce que l’on vous dit sur Instagram.

On ne vous montre que le beau et le rigolo, et c’est tant mieux ainsi.

Auriez-vous aimé que je capture mes yeux rougis, remplis de larmes, mon nez de Madame Patate et mes cernes creusées ?

Je ne pense pas.

Si vous jugez que la fête des mères est une fête commerciale, vous avez probablement raison.

Il n’y a pas de jour spécial pour célébrer ses parents.

Mais c’est peut-être une occasion qui nous est donnée de leur dire « je t’aime », si nous n’arrivons pas à le faire autrement.

Personnellement, je regrette déjà de ne pas voir vécu plus de choses avec eux, ne pas leur avoir tout dit, d’avoir gâché de jolis moments que j’ai transformés en règlements de comptes.

Nous sommes tous soumis à la fuite du temps, inexorablement.

Les moments de bonheur avec les nôtres sont trop fugaces, il est important de savoir jouir de l’instant présent.

Profitez de ceux qui vous sont chers, n’attendez pas qu’il soit trop tard.

J’essaie d’enseigner la même chose à mes enfants et c’est peut-être la seule leçon que je leur demande de retenir.

Alors, malgré la distance qui s’est désormais mise entre nous, dimanche prochain, mon cœur sera avec ma maman, l’unique et la seule.

Pourtant, je vais avoir 40 ans.

Il n’y a pas d’âge pour dire je t’aime à sa maman.

Si vous avez la chance d’avoir la votre à vos côtés, profitez <3.

Bonne fin de week-end à tous,

Signature

7 réflexions sur “Un je t’aime pour ma maman

  1. Quel magnifique message Cristina. J’imagine combien ça doit être difficile de les voir partir. La distance, même courte, nous éloigne un peu tout de même – le simple devient nouvelles opportunités à créer.
    Et puis voir ses parents vieillir c’est toujours compliqué, encore plus quand ils sont loin de nous. Je t’envoie plein de tendres pensées ma belle.

    Aimé par 1 personne

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s