« This is us », ce serait un peu de nous ?

 

Il faut croire que de publier mon article d’hier m’a donnĂ© envie de braver fatigue, faim et sommeil pour pousser de nouveau la porte du blog. Deux billets en 2 jours, quel record pour celle qui n’y avait plus mis les pieds depuis presque six mois. Appelez-moi ingrate !

C’est que ces derniĂšres semaines, je regarde une sĂ©rie qui – en plus de me faire couler les larmes Ă  presque chaque Ă©pisode – me fait poser beaucoup de questions.

Pour l’inconditionnelle de Game of thrones (et de Jon Snow) que j’étais, je pensais qu’aucune autre sĂ©rie ne m’embarquerait de la mĂȘme maniĂšre.

C’est pourtant le cas de la sĂ©rie This is Us, que je dĂ©couvre un peu sur le tard, j’en conviens (remarquez, je n’ai jamais regardĂ© un seul Ă©pisode de Friends de ma vie – mĂȘme pas honte).

Beaucoup trop de collùgues de bureau m’en parlaient, j’ai fini par succomber quand mon frùre s’y est mis aussi !

Sur le papier, le tout ne me paraissait pas trĂšs sexy.

La sĂ©rie suit la vie des frĂšres et sƓurs Kevin, Kate et Randall (les « Big Three »), ainsi que de leurs parents, Jack et Rebecca Pearson. L’action se dĂ©roule en 2016-2018 et utilise des flashbacks pour montrer la famille Ă  divers moments du passĂ©. Kevin et Kate sont les deux membres survivants d’une grossesse triplĂ©e, nĂ©e six semaines avant terme le jour du 36e anniversaire de Jack en 1980 ; leur frĂšre est mort-nĂ©. Avec la certitude qu’ils Ă©taient faits pour avoir trois enfants, Jack et Rebecca, ont dĂ©cidĂ© d’adopter dans leur famille de blancs, Randall, un enfant afro-amĂ©ricain nĂ© le mĂȘme jour et amenĂ© au mĂȘme hĂŽpital aprĂšs l’abandon de son pĂšre biologique dans une caserne de pompiers. ATTENTION SPOILER : Jack meurt quand ses enfants ont 17 ans. Rien qu’en Ă©crivant cette phrase, j’en chiale (vĂ©ridique). Parce que Jack


Parce que Jack, c’est tout de mĂȘme un peu beaucoup l’homme et le papa de rĂȘve. Tout d’abord, sa petite moustache d’acteur de film porno n’enlevant rien Ă  son sex-appeal, Jack est plutĂŽt beau gosse. Ok, ce n’est pas la raison premiĂšre, mais qui ose me dire que ça ne compte pas ?

Surtout, Jack est celui qui rĂ©agit toujours bien, trouve toujours des solutions, est de bonne composition, aimant, attentionnĂ©, baraquĂ©, pense toujours Ă  tout, consacre tout son temps Ă  sa femme et ses enfants. Evidemment, difficile de faire abstraction de son addiction Ă  l’alcool Ă  diffĂ©rentes pĂ©riodes de sa vie. Sa disparition va laisser des sĂ©quelles irrĂ©versibles dans le clan Pearson. Jack Ă©tait le pilier de la famille.

Pourquoi cette série me fait poser des questions ?

Parce qu’elle aborde moulte sujets cruciaux de la vie.

Tout d’abord, la difficultĂ© de la vie de couple, sujet intemporel et universel. Tellement de problĂšmes surgissent parce qu’on ne communique pas assez ou tout simplement parce que nous sommes encore trop nombreux Ă  ne pas savoir ce qu’ĂȘtre en couple signifie rĂ©ellement. Affronter les problĂšmes ENSEMBLE, laisser une place Ă  l’autre au sein du couple, s’accorder du temps ou encore partager. Je me suis confrontĂ©e Ă  beaucoup de situations vĂ©cues, et pas plus tard qu’avant-hier, l’amoureux me demandait de rĂ©flĂ©chir Ă  comment est-ce que le couple Kate&Toby – un autre couple phare de la sĂ©rie- avait rĂ©agi dans une certaine situation.

Parce qu’à mon sens, c’est ça la force de la sĂ©rie, ĂȘtre inspirante pour nous tous.

Et bien oui, pas besoin d’ĂȘtre bilingue en anglais pour traduire le titre. « This is us », ça veut bien dire « C’est nous ». Nous tous pouvons nous reconnaĂźtre dans tel ou tel moment, tel ou tel personnage, telle ou telle rĂ©action.

La sĂ©rie ne s’arrĂȘte pas qu’aux problĂ©matiques de couple, la thĂ©matique Ă©tant pourtant trĂšs riche et Ă  mon avis, inĂ©puisable, ce serait beaucoup trop rĂ©ducteur.

Un des autres sujets fondamentaux est la difficultĂ© d’élever trois triplĂ©s. Au-delĂ  du travail multipliĂ© par trois- pareil, ici aussi, inutile d’ĂȘtre un gĂ©nie en mathĂ©matiques- pour comprendre que la charge des parents sera considĂ©rablement accrue. Qui dit plus de temps pour les enfants, dis moins de temps pour les parents. Vous me suivez ? Mais c’est aussi diviser son amour en trois parts Ă©gales, sans jamais montrer de prĂ©fĂ©rence Ă  un des enfants. Est-ce vraiment possible ? Comment ĂȘtre sĂ»r que l’on agit de la meilleure façon, que l’on est le plus juste possible ? Je ne sais pas si j’en serai capable.

Regardez plutĂŽt : nous avons une fragile petite fille au grand cƓur qui subit dĂ©jĂ  les remarques et les risĂ©es de la sociĂ©tĂ© Ă  cause de son embonpoint, un petit dĂ©mon qui joue prĂ©cocement de son physique avantageux comme atout majeur et un adorable petit garçon surdouĂ© mais aussi nevrosĂ©, qui se pose de nombreuses questions sur ses origines.

Comment faire face ?

Si l’on ajoute Ă  cela l’adoption d’un enfant afro-amĂ©ricain dans une famille blanche, on complique l’équation dĂ©jĂ  bien corsĂ©e.

Les autres questions sous-jacentes sont liĂ©es Ă  l’addiction : l’alcool et la nourriture viendront cristalliser les adultes que ces trois enfants sont devenus.

Nous observons avec des sanglots Ă©tranglĂ©s dans la gorge, comment une parole, un geste, une attitude, un moment d’égarement, ou, un mauvais jugement viennent façonner les enfants et les marquer au fer rouge. Angoisses, troubles de la nervositĂ©, manque de confiance, instabilitĂ© Ă©motionnelle, et j’en passe, autant de consĂ©quences sur les grandes personnes que nous devenons, tous.

Sommes-nous des bons parents ? Avons-nous eu des bons parents? Qu’est-ce qu’un bon parent?

L’importance de la famille est Ă©galement un des sujets qui me touche le plus : on y explore la force des liens, mais aussi leur fragilitĂ© dans l’adversitĂ©.

Difficile de ne pas transposer la fiction Ă  la rĂ©alitĂ© et d’établir un pont avec nos vies personnelles.

Oui, c’est bien cela la force de cette sĂ©rie. Peut-ĂȘtre qu’elle peut nous rendre un peu meilleurs. Du moins, nous remettre en question, nous ouvrir une fenĂȘtre de rĂ©flexion.

Moi, elle me fait rĂ©flĂ©chir. Et je trouve que c’est un trĂšs bon point.

Et vous ? La connaissez-vous ? L’avez-vous vue ?

La bise, bonne aprÚs-midi à tous !

Signature

Un commentaire sur “« This is us », ce serait un peu de nous ?

Ajouter un commentaire

  1. Hello Cristina…Je suis obligĂ©e de commenter ton article, c’est ma sĂ©rie prĂ©fĂ©rĂ©e… J’ai versĂ© tellement de larmes en la regardant, elle m’inspire tous les jours pour toutes les raisons Ă©voquĂ©es dans ton article : la question du couple, l’Ă©ducation des enfants, le rapport Ă  la maternitĂ©, Ă  la famille, et tout ce qui fait le sel de la vie, en somme. J’ai rarement vu une sĂ©rie qui aborde toutes ces thĂ©matiques universelles avec autant de justesse.

    Jack est beau gosse (pourtant pas trop mon genre, le style sicilien) mais alors Rebecca, qu’est ce qu’elle est belle et sexy… ❀ Je suis aussi amoureuse de Jack qui pour le coup est tout Ă  faire mon genre, j'ai envie de serrer Kate dans mes bras Ă  chaque Ă©pisode, Randall aussi… Il y a une telle gĂ©nĂ©rositĂ© dans le coeur de ses personnages, il faudrait ĂȘtre un iceberg pour ne pas ĂȘtre Ă©mu Ă  chaque fois !

    J'aime

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑