Merci à vous

Ce matin, un œil ouvert, l’autre à moitié fermé, haleine de poney bourré en prime, je matraque mon portable pour que cette maudite alarme s’arrête et comme d’habitude, je jette un œil à mes mails.

Oui, tous les matins je caresse le rêve de folle dingue de recevoir un message de la part du maître de l’univers (Musclor, donc) qui m’annonce me dispenser de travail pour le restant de mes jours, m’invitant à voyager « au delà de ce que tu vois ».

Donc ce matin, je recevais un mail dont l’objet était « Demande de partenariat ».

Je ne sais pas pourquoi, (à chaque fois je tombe des nues), car mon blog porte encore des couches, je reçois toutes les semaines une demande de partenariat, de billet sponsorisé, etc…

Je ne dis pas ça pour flatuler gaiement, hein, je veux que tu comprennes mon malaise.

Ma petite épicerie locale n’est pas faite pour cela, toi qui me connais bien, tu l’as déjà lu par ici, ma petite production ne contient que des produits éco partagés, je suis à fond dans le commerce équitable.

Et puis je me demande, pourquoi moi, parmi les milliers de blogs existants, moi qui ne suis pas une blogueuse influente, qui n’ai aucune sex-tape qui traîne sur le net, et ne fais donc pas parler de moi.

La demande de partenariat du jour me surprend d’autant plus car elle concerne un site spécialisé en voyages pour personnes âgées.

Je me lève péniblement (la vieillesse, on y vient), vais faire mon pipi du matin et me demande si mes cheveux blancs sont aussi visibles que cela pour qu’on me fasse ce type de proposition, m’empresse de le vérifier (partout) avec mon œil toujours à moitié ouvert.

Tu l’auras compris, je suis partie prendre ma douche, ce que je veux te dire c’est que je reçois des demandes qui n’ont absolument rien à voir avec mon univers, ma façon d’écrire ou même ma ligne éditoriale si on peut considérer que la spontanéité en est une.

Je rigole souvent en voyant par la suite 10 billets identiques, à quelques jours d’intervalle sur un produit qu’il m’a été proposé de tester.

Je me sens tout à coup moins exclusive.

10 billets de plumes et univers complètement différents et également aux niveaux d’orthographe hétéroclites, qui vantent passionnément les qualités des incroyables magnets-photos à exhiber sur le frigo.

Je pourrai te dire encore une fois que je ne mange pas de ce pain là, je préfère le chocolat et les olives.

Ce n’est pas le but.

logo

Quelques personnes m’ont conseillé d’accepter ces propositions car « il faut bien commencer par quelque chose ».

Mais avec quel objectif ?

Le problème, c’est qu’il me semble déjà avoir commencé, en octobre 2014.

Je veux bien qu’Alzheimer me guette et que pour cette raison on me conseille de faire des croisières avec des octogénaires, mais la raison d’exister du « Blog de la Cristina sans H » est le partage et l’échange, capisce ?

Je radote, je radote (j’en suis à 7 cheveux blancs arrachés).

Dans ma boîte mail, je ne reçois pas que des demandes de collaboration loufoques.

Je reçois également d’adorables messages, des témoignages, de personnes qui se sont reconnues dans mes mots, d’autres qui me donnent leur avis sur une problématique soulevée dans un de mes billets, qui m’encouragent à écrire, qui me disent merci, qui me donnent leur avis.

C’est toujours avec un sourire moitié béat, moitié baveux que j’accueille vos mots et vos ressentis.

Parce que vois-tu, je bave sur mon oreiller toutes les nuits (l’amoureux te le confirmera), et cela fait donc de moi une personne humaine, n’est-ce pas ?

Une personne qui aime les compliments, qui rougit quand on lui dit qu’elle fait du bien, qu’elle aide certaines douleurs à cicatriser, qu’on aime ma façon de raconter les choses, qu’on me trouve drôle.

Pour moi, one-woman show refoulée, apprentie écrivaine de l’obscurité, Bridget Jones avortée (coucou Aileza), je me délecte de chacune de vos missives.

Ma satisfaction n’est autre que celle de vous avoir touchés au travers des mots que vous faites vôtres.

Ma fierté est celle de vous avoir donné la parole, vous avoir fait réfléchir ou suscité une réaction en vous.

Mon exultation (oui, j’ai mangé mon dico à la place de mes Weetabix ce matin), est celle de me raconter à vous en toute simplicité, sans prétention.

Sans prétention également, je voudrai remercier aujourd’hui mes lecteurs, les plus fidèles qui prennent toujours un petit bout de temps si précieux pour me donner leurs impressions, mais aussi ceux de passage, ceux qui ont fait un petit stop à ma station-service.

Merci à vous de faire de cette aventure une odyssée aussi riche et épanouissante.

Elle m’a déjà permis de faire de jolies rencontres et espère en faire d’autre IRL, of course.

En attendant, comme aujourd’hui était jour de brushing (Catherine avait murmuré que le soleil allait faire son come-back), j’ai eu le temps de penser à tous ces mails et commentaires qui m’avaient tant touchée.

Je ne peux les mettre tous, bien sûr, mais souhaite éclairer ceux qui doutent encore de la raison principale du Blog de la Cristina sans H.

Vous pourrez comprendre dans les lignes copiées-collées ci-dessous, remplies d’amour et de bienveillance, d’échanges et d’émotions.

Papas, mamans, hommes, femmes, célibataires, mariés, j’ai le plaisir de pouvoir échanger avec des humains des quatre coins de la planète, et ça, croyez-moi, c’est un vrai cadeau.

« Tout d’abord je voudrais te remercier de m’avoir fait découvrir Virginie Grimaldi !! Et oui je lis ton blog (depuis peu … D’ailleurs je n’ai pas encore fini d’en faire le tour)…

C’est fou comme on peut se reconnaître dans un personnage, vivre les mêmes émotions … Mais tu sais de quoi je parle, j’ai l’impression que toi aussi ton meilleur ami s’appelle « kleenex » !!! Je ne suis pas très douée en écriture … Je préfère laisser la plume à ceux qui la manie avec talent, humour, sincérité …

Enfin tout ça pour dire que je t’ai découverte par hasard (comme quoi ça a du bon de fouiller dans les amis des amis des amis … Facebook, mais aussi insta ) et que j’ai adoré te lire…
Je n’ai pas du tout le même parcours que toi c’est même l’inverse à quelques détails près !! Mais ça fait du bien au moral de te voir heureuse et profiter de la vie avec « l’amoureux » et ta tribu !!!
J’ai pleuré en lisant ton billet pour l’anniversaire de ton fils … Avoir des pensées négatives en parlant de ses propres enfants je pensais être la seule !!! Je te rassure je n’en ai pas souvent mais parfois c’est plus fort que moi (à croire que quelqu’un d’autre s’est emparé de mon esprit et m’a laissé mon corps … Mon corps de maman !!! )
En te lisant je me vois .. Le manque de confiance en soi, l’acceptation de mon corps   (Je pense être à peu près comme toi physiquement mais avec moins de seins  lol ) le regard des autres, ce qu’ils pensent …. Y a encore du boulot mais y a du mieux … J’y travaille !
Bref tu m’auras comprise !!!
Alors MERCI de partager tes tranches de vies, tes coups de gueule, tes découvertes littéraires, tes voyages … » 

« J’ai eu le plaisir aujourd’hui de découvrir votre blog et félicitations, il est très réussi!

Papa de 2 garçons…j’ai choisi l’option de l’entrepreneuriat pour pouvoir à terme avoir à la fois un job passionnant tout en pouvant m’occuper de mes garçons comme et quand je le veux

Est-ce le cas d’autres parents qui suivent votre blog? Avez vous déjà été contacté à ce sujet par certains parents?

Je serais ravi de pouvoir échanger avec vous. Au plaisir de vous lire »

« Quel joli récit, il ne me reste qu’une mamie que j’aime tellement, et qui est la plus heureuse lorsque toute la famille se réunit autour d’elle, on met de côté les querelles du passé et on profite de l’instant présent… Merci à toi pour ces jolies photos et ces si beaux instants de bonheur partagé »

« Je voyage sur ton blog ce matin, … dort.
Étrangement, ces mots m’ont parlé…même si mon corps l’exprime différemment. Putain de bordel, c’est con la vie parfois. Mais au moins, on apprécie d’autant plus les petits trésors qu’elle nous offre. Tes mots sont chouettes.( euphémisme mais « ils mettent du BEAU me au coeur » faisait niais) »

« Quand je lis certains de tes billets, comme celui-ci, je déculpabilise à mort! »

« J’suis fan de ta manière de conter tes péripéties !!! »

« Que tu sois tendance ou pas, tes billets me touchent car ils te ressemblent, ils sont vrais »

« J’ai beaucoup aimé cet article pour son authenticité et le franc parler de miss Cristina.Voilà donc pourquoi je re-partage son article !

« Bravo et merci ! Nous sommes à saturation de tout ce qui nous plombe et franchement, ça fait du bien de lire des billets légers, enfin ! »

« Tu as l’art de raconter les petits riens et les grandes questions qui font une vie… »

« Continues à t’épanouir et continues à être la Cristina sans h!!! Je vais faire lire ton billet â mes deux filles, je pense qu’elles pourraient en bénéficier ».

« Je me retrouve dans tes mots si bien choisis. »

« Je me sens si concerné par ton billet (tu sais que je suis à nouveau papa)

ll faudrait faire lire ce superbe texte à tous les papas à la maternité, l’imprimer dans le livret de paternité qu’on leur donne tiens!

« Si Paname est trop envahissant, gare st Lazare lève la tête et si on se croise je t’offrirai un café dont l’arôme figera le tumulte et te fera reprendre ta respiration »

« Encore un fois je me régale à te lire. Tu as ce talent d’envoyer les mots là où il faut avec humour mais une certaine force. J’adore ça ».

« Bien parlé ! Voilà, un blog, c’est échanger, c’est faire partager son quotidien ou sa passion, c’est écrire, s’exprimer… Bref, c’est un hobby, un plaisir avant tout et après tant mieux quand ça marche ».

« Quel beau billet jamais je ne pourrais écrire aussi bien sur ce sujet alors que je pense tellement comme toi (Vous ) Pardon c’est mon premier commentaire ici mais j’adore ton blog et je le suis de prêt il est dans mes favoris !
Et là je ne pouvais pas rester silencieuse face à ce billet tellement vrai »

« Bon ben voila tu me fais pleurer ».

Bon ben voilà, vous aussi vous me faites pleurer, souvent.

J’espère que vous n’avez pas vu dans ce billet une séance de masturbation publique, mais plutôt une réponse à pourquoi je tiens un blog et ce que j’attends en retour (enfin, pour ceux qui ne le savaient pas encore).

Bonne soirée à tous !

                                                           , qui va faire un tour au rayon coloration

J’ai lu Love X Style X Life, par Garance Doré

IMG_4917

Garance Doré, rien que ce nom, ça fait un peu rêver je trouve, non?

Un nom glamour, fin et élégant avec une touche de paillettes, un nom tout à fait en accord avec sa personnalité.

En vérité, ce pseudonyme s’inspire du nom de l’illustrateur Gustave Doré.
Je me suis rendue compte en commençant à lire son livre que tout le monde ne connaît pas Garance, alors que j’étais vraiment, mais vraiment persuadée du contraire.
Mais sur quelle planète vivez- vous avais- je envie de dire !
Garance est LA bloggueuse, le modèle de réussite, l’American Dream, notre frenchie à nous.

Mais non. Une fois de plus, je m’aperçois que le monde du blogging est un monde parallèle.
Je lis le blog de Garance depuis quelques années.
Je ne suis pourtant pas une « followeuse » folle de blogs mode mais Garance, c’est différent.

C’est un style, c’est une histoire incroyable, une signature, un modèle de réussite.
Quand je parle de modèle, je souhaite surtout souligner sa persévérance, sa volonté, son entêtement à suivre son intuition, à réussir à faire ce dont elle rêvait.
Quand vous la voyez avec cette classe folle, cette beauté saisissante et assise aux côtés de Anna Wintour aux défilés de mode, vous vous dites que tout a été très facile pour elle, n’est-ce pas?
Détrompez-vous!
Cela a été tout sauf évident !
Nous le découvrons dès les premières pages de son livre, au format très agréable à lire, aux jolies illustrations, construit un peu à la manière de son blog, avec cette typographie qui lui est propre et qui vous donne l’impression d’avoir une véritable conversation avec elle.
Elle nous permet de rencontrer sa famille, en nous parlant amoureusement de son papa chef cuisinier corse, de sa maman marocaine qui lui a inculqué son amour du style et des vêtements, sa grand mère, sa petite sœur dont elle a été jalouse de son époustouflante beauté (quand on regarde Garance, on se dit, vraiment?).
Son caractère fonceur et sa beauté envoûtante, Garance les doit certainement un peu à cette mixité culturelle.
Nous la voyons se chercher, en tournant les pages, vivre ses premiers amours sur l’île de beauté, poursuivre des études à Aix en Provence sans trop savoir ce qu’elle voulait faire.
Une chose est sûre, elle a très bien profité de sa jeunesse, même si elle était fauchée comme les blés et dormait souvent sur le canapé de ses amis !

A contre courant, contre la volonté de sa famille, Garance semble irrésistiblement attirée vers une carrière d’artiste bohème.

Je ne vais pas raconter son histoire dans les moindres détails car je trouve qu’elle vaut vraiment la peine d’être lue.

IMG_4918

L’ouverture de son blog en 2006 a définitivement propulsé Garance dans la sphère de la mode, pour la voir aujourd’hui citée comme la gardienne du style.

De belles rencontres, notamment celle avec Scott Schuman, le Sartorialist, célèbre photographe des Fashion Weeks, ont contribué également à faire de Garance l’icône internationale qu’elle est aujourd’hui.

Elle vit actuellement à New-York, ou elle a créé son agence, the « Garance Doré Studio ».

Dans ce livre autobiographique, Garance nous livre ses conseils en matière de mode, style, vie, savoir-vivre et même amour.

Ces conseils ne sont aucunement utopiques ou démesurés, ils se basent sur sa propre expérience, ces conseils sont donc réels et applicables !

Elle le fait avec humour et simplicité, parfois même de l’autodérision, ce qui rend, une fois de plus, son histoire si incroyable, à la portée de tous.

Le livre ne déborde pas de clichés de Garance pour illustrer ses looks ou suggestions, il n’y a finalement que très peu de photos d’elle.

Elle a préféré laisser la place à d’autres femmes qu’elle admire, alors que je pense qu’elle pourrait illustrer à la perfection chacun de ses conseils.

Garance, c’est aussi ça, l’humilité qu’elle semble avoir conservé malgré cette ascension fulgurante.

Elle a beau avoir été photographiée par Patrick Demarchelier, être amie avec Diane von Fürstenberg, côtoyer les noms qui vont rêver toutes les fashionistas, Garance nous raconte sans vergogne sa prise de poids, comment elle se fait plaquer, ses doutes, ses erreurs, ses fragilités.

Elle se livre un peu à nous comme la bonne copine, ne rendant pas son parcours sans failles, sans chutes, trop glamour ou construit uniquement autour de la perfection.

Elle ne sublime pas la réalité, du moins, c’est le sentiment que j’ai eu.

Un détail qui m’a d’ailleurs marquée c’est le grand nombre de fois où elle raconte adorer s’habiller chez Zara.

Je vois rarement de grandes stars, représentantes de marques de haute couture oser avouer qu’elles aussi, peuvent sortir sans leur Manolo Blahnik aux pieds ou leur pochette Chanel pour aller prendre un Starbucks.

Garance, elle, elle le fait.

Au contraire de tous ces magazines qui regorgent de corps de filles que nous n’aurons jamais et de tenues que nous ne pourrons certainement pas acheter au cours d’une vie.

Nous apprenons les différences entre Paris et New-York, à travers des parallèles dont Garance s’amuse, d’habitudes ou petits manies qu’elle confesse avoir elle même adoptées.

Aussi, je ne saurai que vous conseiller ce livre (je l’ai lu en 2 jours), féru de mode ou pas, ce livre est avant tout l’histoire d’une réussite, qui vous donne envie de conquérir le monde, de croire en vous et de ne pas vous avouer vaincu.

Si vous ne connaissez pas son blog : http://www.garancedore.fr/

Ma catégorie préférée est « Histoires », une sorte de journal intime que j’adore lire !

IMG_4920

Le tout, toujours avec style et élégance, ne serions-nous pas en train de parler de Garance Doré ?

Bonne fin de dimanche à tous !

Pourquoi je blogue: notice explicative (encore).

Pas que j’ai envie de me justifier ou de me confondre en explications.

Parce que ce que je pense, ce que j’écris et je partage, tout cela m’appartient.

Je livre volontiers des bouts de ma vie, parfois décousus, souvent très à vif, chargés en électrons, je le conçois.

Mais parce qu’hier, une fois encore, alors que je m’apprêtais à prendre le métro avec mon « As you like Magazine » glissé entre mon sac de sport et mon sac à mains rempli de restes de granola, d’emballages de compotes vides et de quelques tampons vieux de quelques années je pense (mais on ne sait jamais), la personne qui m’accompagnait à l’insu de mon plein gré (copyright Eve Angeli), me demande à quoi ça sert de bloguer.

Comment ça, à quoi ça sert, répond la Cristina diplomate alors que je la voyais déjà venir avec ses immenses et très lourds sabots (mais à paillettes, je le précise car je n’en avais jamais vu avant).

Parce que tu n’y gagnes rien, tu n’as aucune notoriété ni reconnaissance et en plus de cela, tu perds beaucoup de temps, non ?

Cette fille sur la couverture, ce ne sera jamais toi (sourire de joker en coin).

Non en effet, et à quel moment ai-je évoqué en avoir l’envie ou le faire parce que j’attends quelque chose en retour ?

Juste pour clarifier un petit peu les choses parce que je le veux bien, en toute sérénité et transparence, et parce que ce sera aussi l’occasion de répondre à quelques copines qui semblent porter sur moi un autre regard depuis que je partage des bouts de mon existence sur la toile.

5. MT-MonkeyChoo11_large
Source Pinterest

Comme si je ne me sentais plus ou j’étais devenue une autre.

Tout d’abord, cela ne fait qu’un an que je blogue, l’envie remonte à des années, mais j’étais prisonnière d’une toile que j’avais laissé tissé autour de moi.

Grâce, entre autres, à l’aide de la Reine des neiges, je me suis libérée, délivrée même.

(Note à moi même : penser à la remercier, cette blondasse).

Et me voilà.

Je fais cela par plaisir, purement et simplement.

Apelle-le plaisir égoïste si tu le souhaites.

Je ne calcule rien, je ne programme rien, mes articles sont écrits au fil de mon vécu, de mes expériences.

Parfois une conversation entendue dans le métro, un fait observé dans la rue, un sujet d’actualité mais je ne peux le nier, la plupart de mes billets sont intrinsèquement liés à ma petite mais très riche existence.

Par riche j’entends expériences et moments de vie.

Parce que même si j’ai une paire de Louboutins (et toc), je viens de me payer le nouveau mobilier de mon nouveau sweet home avec un paiement en 4 fois.

Je ressens le besoin de m’exprimer sur certains sujets qui me touchent, des bribes de mon quotidien que j’ai envie de partager avec des personnes qui peuvent vivre la même chose et n’osent en parler, seules derrière leur clavier, et surtout PARTAGER.

3258f39b81966a15678f054185dd526d
Source Pinterest

Mon blog n’a pas pour but de faire rêver.

Je n’ai aucun talent particulier.

Je ne suis pas une blogueuse mode ni beauté qui sont pourtant les plus populaires, et si tu me connais un peu, tu m’auras dit au moins une fois que je suis toujours tirée à 4 épingles, à la pointe de la tendance.

Tu vois, ce n’est pas pour cela que je tiens un blog, ce ne sont pas des sujets qui m’importent tant finalement.

Chacun son univers de prédilection, sa corde sensible.

La plupart des blogueurs que je suis et que je lis régulièrement sont ce que l’on appelle des blogueurs humeurs ou lifestyle.

J’aime à lire les sujets qui les touchent et qui captent souvent ma plus grande attention, j’aime ressentir ces émotions qui se dégagent de leurs mots, de leurs découvertes, leurs passions.

Parfois ce sont des maux durs.

Souvent ce sont des moments de bonheur aussi et le sourire qui se dessine sur tes lèvres quand tu les touches du bout des doigts, c’est inexplicable.

C’est ce que je recherche.

C’est pour moi que je le fais, une sorte de psychothérapie gratuite et cela marche mieux que tous les psychologues que j’ai pu voir avant, je te le garantis!

Si cela me prend du temps ?

Oui, bien sûr mais je suis une adepte de la rentabilité du temps perdu inutilement.

Alors tu me verras avec mon smartphone dans le RER (l’application WordPress est devenue ma deuxième meilleure amie), en attendant le métro, quand je suis à la caisse du rayon beauté chez Monoprix, pendant mes séances d’aquabiking, dans mon bain, dans la salle d’attente du médecin, dans la rue.

Et quand je disais que je n’attendais rien en retour, je te mentais un peu en fait, désolée.

J’attends de pouvoir toucher quelques personnes, leur donner envie de s’exprimer également sur les sujets évoqués, engager des discussions, effleurer légèrement leurs pensées et pourquoi pas bouleverser leurs opinions.

Ce temps, je ne le vole ni à mon activité professionnelle, ni à mon amoureux, ni à mes enfants.

C’est mon cocon.

Je ne cherche pas la gloire, Mon Dieu, imagines-tu ma cicatrice énorme sur mon front en couverture de quoi que ce soit ?

Non, jamais je n’écrirai d’articles sponsorisés (pourtant déjà proposés),de billets où je vanterai les mérites d’un appareil qui ne sert à rien, où j’affirmerai faussement être fan d’une marque de vêtements dont Tatie Danielle en personne n’aurait pas voulu.

Si je donne mon avis sur un livre, une destination, un restaurant, c’est mon opinion personnelle, c’est une démarche de ma part.

Je ne prends aucun plaisir à lire ces articles sponsorisés, je ne sais pas si ce qui est dit est vrai, après tout, quand tu es payé pour, tu es prêt à dire nimportequoi me semble t-il.

Mais je comprends que c’est le métier de beaucoup et je le respecte.

Seulement moi, ce n’est pas mon objectif.

Et si je mets en avant les quelques Unes dont je peux faire l’objet, c’est parce que je suis touchée que quelqu’un ai été sensible à mon texte, ici et là-bas.

Je cherche l’authenticité, c’est donc ce que j’essaie de donner.

Je préfère utiliser la langue française pour communiquer plutôt que de l’utiliser à des fins de « langue de pute » (pardon maman).

Chacun sa passion.

Certains me disent que je me livre trop, je suis trop naïve.

Je suis ainsi, je ne l’ai pas toujours été.

Tu veux connaître mon rêve secret : écrire un livre, mais chut, ne dis rien.

Alors tu veux que je résume en 3 mots ce que m’apporte mon blog ?

Plaisir, Partage et Emotions.

J’espère avoir répondu à tes questions.

Blogueusement tienne,

Petit billet pour petit coup de gueule

Pourquoi as-tu décidé de blogger ?

Question existentielle à laquelle j’ai évidemment du répondre au cours des deux dernières semaines.

Pas de problèmes, après tout, quand on publie des articles sur le Web,qu’ils soient bons ou mauvais, on est bien évidemment exposés.

Exposés à la critique, méchanceté, incompréhension ou médisance.Soit.

Mais pas que…

On peut également recevoir des commentaires, des messages ou des points de vue très constructifs et positifs et même parfois se sentir compris. CHOUETTE.

Le but principal restant le partage et l’échange, non ?

Alors à toi, toi et toi aussi qui dit ne pas comprendre pourquoi je raconte ma vie(parce que pour toi cela se limite à cela, raconter sa vie), que c’est pitoyable et humiliant (si c’est le cas, c’est pour moi, alors ta gueule), il faut que tu saches (en chanson):

Celine-Dion-scandale-financier

( source : http://www.legossip.net/)

  • Que tu crois que tes statuts FB dans lesquels tu dis que tu es chez Carrefour, chez Momo l’épicier, à la piscine, chez le coiffeur, à la messe, chez l’esthéticienne en train de te faire enlever les poils (est-ce qu’on a besoin de savoir que tu es poilu(e) ? Beurk) ou rue Lecourbe, c’est orgasmique pour nous ? Et bien ce n’est pas le cas, navrée de te décevoir et surtout de te l’apprendre (étonnée que personne ne te l’ai dit avant).

 

  • Que tes 30 selfies par jour dans des positions langoureuses (limite euh…indécentes ), personnellement, (mais cela n’engage que moi, of course)…et bien, je n’en peux plus et je m’en contre-tape !! (je vais faire rentrer ce verbe dans le Petit Robert car « tape  » simplement n’est plus suffisant dans certaines situations, vous ne trouvez pas ?

 

  • Que tu fais partie de ces gens qui sursautent dès que leur mobile émet un son (serait-ce une alerte twitter, instagram, facebook, snapchat, viber, ouah j’ai des amis !!!!) et bien, que cela me fait de la peine pour toi…vraiment. Désolée de te le dire.

 

  • Que tu dis ne pas être adepte des réseaux sociaux (oui il y a aussi des toi comme ça), pourtant quand j’y suis (souvent, je le reconnais volontiers), tu es tout le temps connecté(e) mais effectivement tu ne commentes ou postes jamais rien, parce que toi tu as une vie, m’enfin ! Je ne te crois pas.

Attention, ce n’est pas une attaque barbare et lâche que je lance car, par exemple,  je me géo localise moi-même souvent (bon pas chez Carrefour ou chez Momo parce que je juge que cela n’est pas d’un grand  intérêt) ou je partage souvent des photos qui vont parler à elle, lui et encore à eux autres…

C’est juste une réponse à ta question proférée sur un ton quelque peu narquois, je me trompe ?

Il ne me semble jamais t’avoir agressé(e) pour cela. Tu es heureux(se) comme ça ? Tant mieux pour toi, je n’ai ni l’envie, ni le droit de te juger.

Mais voilà: JE PARTAGE. J’ai ENVIE de PARTAGER.

Aussi bien les bons que les plus mauvais moments.

Tu n’as pas encore vu de sex-tape de moi ? Si ? Tu te trompes, ce n’était pas moi.

Car je ne partage pas mon intimité.

Nous sommes humains et avons tous besoin parfois de réconfort, compassion, reconnaissance, compréhension et acceptation.

Ou tout simplement de s’exprimer.

Moi aussi j’ai une vie très active, une activité professionnelle qui me prend du temps, j’essaie de faire du sport, m’occuper des enfants, de moi (very important) , de mon amoureux et voir mes amis et pour tout te dire, je fais une école du Web en parallèle.

Mais j’ai également envie de rencontres inhabituelles, nouveaux challenges, expériences plus insolites et je pense que l’écriture sur la toile peut me procurer de belles surprises (pas que, j’en suis consciente, t’inquiètes…mais c’est sympa de t’inquiéter).

Non, je n’ai pas beaucoup de temps. Mais je le trouve, car j’y prends du PLAISIR.

Si tu n’es pas capable de comprendre, ce n’est pas grave.

MAIS FERME TA BOUCHE !

Et tu sais quoi ?

 

PS : Je suis ouverte au dialogue et je ne suis absolument pas rancunière. Au plaisir 😉