Excès de confiance vous avez dit?

« Non mais il est homo, c’est sûr »

« Bah qu’est ce qui te fais dire ça ? »

« Et bien tu vois bien qu’il ne me regarde pas. Quand un mec ne me regarde pas, c’est qu’il est homo ».

Je me suis fendue la poire quand je l’ai entendue dire ça.
Cette poilade!Vraiment. Qu’elle est drôle cette fille.
C’est vrai qu’elle est plutôt mimi, plutôt bien foutue,je lui volerai bien ses seins (et même son petit cul si c’est jour de fête),donc oui, elle pourrait bien se dire ça dans son fort intérieur.
La blague,c’est qu’elle ne plaisantait pas du tout,elle était très sérieuse.
Nous avons alors entamé une conversation très intéressante.
Elle m’a d’abord expliqué que très tôt dans sa famille on lui avait enseigné que quand on est une belle femme, il faut en jouer et surtout que d’en avoir conscience,cela te donne une autre démarche, une démarche supérieure, tu me suis Cristina?

Euh…non pas trop, continue!

Quand on est belle et on le sait, on marche la tête haute, le popotin qui remue, un regard de braise qui incendie le moindre papier sur le trottoir.
Quand on est belle (toujours selon ma Muse, bien sûr),cela nous confère d’autres droits.
On y peut rien, ce n’est pas de notre faute, c’est la faute à Dame Nature,le tout,c’est de l’entretenir.
Si en plus, tu es intelligente (un vrai plus quand même, toujours selon Mumuse),alors là, tu peux tout obtenir.
De quiconque.

Source Pinterest
Source Pinterest

Il te suffit de faire ton plus beau sourire, prendre ta voix la plus niaise et sexy (ça va ensemble ?) et demander ce que tu veux.
Hommes et femme seront à tes pieds.
Merde alors.
Elle me dit ça, à moi ?
Moi,qui ai passé ma vie à cacher mes fesses, à sourire la bouche fermée,à mettre des collants même en été,à me déshabiller dans le noir,comment aurai- je pu mettre le feu aux papiers sur le trottoir?
Elle a sacrément confiance en elle me suis-je dit.
Et quand je regarde son parcours, il faut dire qu’elle a plutôt bien réussi.
Rien ne lui a fait peur, malgré de nombreux obstacles qui se sont présentés à elle.Elle les a tous balayés avec succès.

Elle a aujourd’hui une formidable carrière professionnelle dans laquelle elle s’épanouit pleinement, est mariée à un chien chien homme qui la traite comme une princesse et a deux enfants magnifiques.
En conclusion,me minaude-t-elle avec la voix de Monica Bellucci:

« tu vois Cristina, il faut avoir confiance en soi,cela t’ouvre toutes les portes ».

Mouais.
Dans notre entourage,presque tout le monde la déteste.
En fait,je me rends compte que tout le monde la jalouse.
Parce que grâce à son assurance, elle a emprunté des chemins que nous n’aurions même pas osé imaginer.

Source Pinterest
Source Pinterest

Elle marche la tête relevée,roule des hanches et fait son plus beau sourire.
Elle est tombée plusieurs fois mais elle s’est toujours relevée.
Moi,je ne la déteste pas.
Je suis d’accord avec elle sur un point : il faut montrer aux autres qu’on a confiance en soi,il faut savoir faire preuve d’une assurance à toute épreuve.
Mumuse,c’est son physique qui lui a inspiré cette facette importante de son caractère et manifestement, selon ses dires,la clef de la réussite.
Nous devons tous trouver en nous quelque chose dont nous sommes fiers.
Car nous avons tous quelque chose de spécial.

Cherchez en vous,vous trouverez.

Ne laissez jamais personne vous dire le contraire.

Moi, je l’ai trouvé.

Et vous?

Mes chérrrris,vous êtes tous magnifiiiiiiiiiks!

Source Tumblr
Source Tumblr

C’est Cristina qui vous le dit.

Alors, excès de confiance ou confiance tout court?

Des tourbillons dans ma tête

Mon amoureux  vient de partir en déplacement 3 jours et contrairement à ce que pensent mes copines, je m’en réjouis.

Je ressentais le besoin de rester seule.

De rentrer le soir et balancer mes talons au milieu du salon, mettre mon vieux legging Dim et mon non moins jeune débardeur qui laisse entrevoir mon ventre imparfait.

Souffler.

Après ce week-end sous tensions à Rome.

Respirer.

Avant de changer de vie.

Réfléchir.

6846393922_4d1d3c8222_z
Source Flickr

 

Nous venons en effet de prendre une grande décision, acheter un appartement ensemble.

La plupart des couples le font un jour ou l’autre me direz-vous.

Cela implique un grand changement pour moi, pour nous.

Géographique d’abord.

Et oui, nous avons sauté le pas, nous passons de l’autre côté du périphérique et partons en banlieue.

Rien que le mot banlieue me hérissait le poil avant.

RER, TER, 2 heures de transport quotidiennes, inconnus pour moi.

Dans 3 mois, fini de mettre ses baskets aux pieds et partir au boulot en marchant.

Je sais pourtant pertinemment que nous y gagnerons en qualité de vie : plus de surface, une grande terrasse (le truc impossible à Paris), des espaces verts, une ville paisible et calme.

Et puis, est-ce qu’on va s’y plaire là-bas ?

Et puis, est-ce que je lui fais suffisamment confiance pour franchir ce pas ?

Et puis, est-ce que je ne vais pas regretter Paris ?

Et puis, est-ce que c’est vraiment lui,l’homme de ma vie ?

Et puis, est-ce qu’on va devenir des ours asociaux ?

Ma tête…une vraie machine à laver, ça tourbillonne,ça tourbillonne!

Ce n’est pas un engagement anodin, je le sais.

Nous en avons longuement discuté.

Il m’a bien répété l’autre jour qu’il fallait que je me rappelle que certains de mes rêves de petite fille ne pourraient jamais être réalisés avec lui.

Etais-je prête à le suivre dans cette aventure malgré cela ?

Est-ce que je n’allais pas quitter le bateau en cours de traversée ?

Ma première réponse a été « MAIS NON ».

Alors pourquoi tous ces tourbillons dans ma tête ?

Je me réveille dans la nuit, je dors mal, je suis angoissée, j’ai même peur, peut-être que très peur.

Ces tourbillons me font partir loin, me donnent envie de voyager encore plus loin et ne plus revenir.

Fuir la réalité.

Source Flickr
Source Flickr

Ne plus avoir envie de voir qui que ce soit.

C’est fou ce qu’on peut être positif un jour et limite dépressif le lendemain.

Mais ce n’est pas moi ça,me dis-je.

Je me demande alors ce que je regretterai si je fuyais.

Je me demande aussi qui me regrettera si je m’en vais.

Mon fils aîné ne me parle presque plus (la faute à la crise d’adolescence on me dit).

Le plus jeune me dit qu’il préfère papa (parce qu’il peut faire tout ce qu’il veut avec lui et qu’avec moi c’est nul parce qu’il faut toujours se coucher tôt me dit-il,ce petit salaud).

Peut-être que mes parents seraient soulagés de ne plus avoir cette fille qui leur fait tant honte.

Mon frère ne s’en apercevrait pas.

Et mon amoureux ?

Oh, il s’en remettrait, il a déjà survécu à un grand cataclysme, bien plus traumatisant.

Alors je me réjouis d’avoir 3 jours pour moi, seule avec moi-même mais aussi avec mes amies et avec qui j’en ai envie, comme j’en ai envie.

Parler quand je veux.

Avec qui je veux.

Ou garder le silence.

Rire fort si je le souhaite.

Pleurer si l’envie m’en prends.

Manger un pot de glace sans me soucier des calories.

Frissonner, douter,chanter, danser,aimer,transpirer,détester,m’apitoyer.

Pendant 3 jours, j’ai décidé de me laisse emporter par ces tourbillons…

Est-ce que vous aussi vous avez des tourbillons dans la tête parfois?

Madame La Confiance…

D’après le CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales…ouais, je me la pète), la confiance est « la croyance spontanée ou acquise en la valeur morale, affective, professionnelle…d’une autre personne, qui fait que l’on est incapable d’imaginer de se part tromperie ou incompétence ».

Très bien.

En ce moment je me pose beaucoup de questions par rapport à ce pilier, entre autres, de la relation de couple.

C’est normal quand tu souhaites te projeter dans l’avenir, enfin, je pense.

Nous en discutons souvent avec les copines.

Je me suis portée volontaire et m’en suis allée l’interviewer.

Chère Confiance, comment te posséder ?

Parce que quand on ne t’a pas, ça peut rendre la vie vraiment, mais vraiment très compliquée je trouve.

Je suis désolée, ceci dit au passage de prendre l’initiative de te tutoyer, mais j’aimerai tellement être ton amie.

Quand tu n’es pas là, cela entraîne si rapidement souffrance, conflits, mal-être alors qu’on était si bien il y a juste 5 minutes.

C’est dur à vivre tu sais (ne me prends pas pour une pleurnicheuse pour autant hein).

« Réussir à me conquérir est un travail de longue haleine. Une succession de petites attentions, de petites marques engageantes sont nécessaires, et il vous faut du temps. Du temps. C’est un bien précieux.

Je ne m’installe pas chez vous par magie.

Je ne me contente pas de mots, j’ai besoin d’actes qui prouvent ce que vous dites.

Je ne veux pas faire ma mamie (bien que j’existe depuis toujours) mais tu sais ce qu’on dit :

« Il est aisé de dire et autre chose de faire ».

Chère confiance, comment t’entretenir ?

Garder ce sentiment d’assurance et de sécurité en permanence et ne pas laisser le château que l’on a mis longtemps à construire s’écrouler en 10 secondes, est-ce que tu as créé un DYI à télécharger pour cela ?

« La plupart des couples qui arrivent à maintenir une relation de longue haleine y arrivent surtout parce qu’ils ont une très forte confiance en eux.

Si tu veux, toi aussi acquérir cette confiance, il est important  que tu respectes ton partenaire et  que tu sois attentif à certains petits détails qui pour toi n’ont peut-être pas d’importance mais qui en ont sûrement énormément pour lui.

Ne pas le faire, peut en effet avoir des conséquences plus lourdes que tu ne le penses si c’est ce qui occupe actuellement ton esprit, Chère Cristina (Madame confiance me voit écarquiller les yeux)».

Si je devais mettre juste quelques mots sur les branches qui me construisent, je te dirai ceci :

  • Respectez-vous
  • Elaborez et construisez un projet ensemble
  • Montrez-vous disponible l’un envers l’autre
  • Ne cessez jamais de vous séduire
  • Essayer de vous adapter l’un à l’autre
  • Donnez, donnez, donnez ! (si vous voulez recevoir, évidemment et pas la chanson de Enrico Macias)
  • Et bien sûr, Communiquez ! La communication est ma grande sœur, souviens-en toi ma Chère Cristina. »

Chère Confiance, penses-tu que l’on puisse te retrouver une fois que l’on t’a perdue ?

Tout dépend de la raison qui t’a mené à perdre cette confiance.

 Une erreur est vite commise, rappelle-toi que nous ne sommes que des humains et sommes par conséquents imparfaits.

Nous avons tous nos moments de faiblesse.

Une chose est sûre : tu ne dois pas laisser affaiblir ta relation avec des mensonges, un manque de transparence voulu ou une ambiguïté dissimulée.

Tout comportement non constructif, irrespectueux, qui empêche l’autre de s’épanouir, voir même le fait souffrir est pour moi rédhibitoire.

L’infidélité est souvent un point de non-retour pour la confiance. Il est difficile de dépasser cet obstacle sans conséquences graves pour la vie de couple.

Et quand je parle d’infidélité, je parle d’infidélité  morale également. Cela viole ma clause du respect et je m’échappe en courant.

Si la personne qui a trahi ta confiance est un être qui t’est cher, seule toi peut choisir de savoir si tu souhaites lui redonner une deuxième chance.

Si elle te trahit à nouveau malgré cela, elle ne me mérite plus ou simplement ne te correspond pas.

Passe ton chemin. ».

Merci Madame La Confiance de m’avoir accordé cette courte entrevue.

Je sais que tu es très sollicitée et qu’il est difficile pour toi de répondre à toutes ces interrogations.

Je vais essayer, je vais essayer de suivre tes conseils.

Je vais essayer de te faire confiance.

Cristina

On peut, on doit abuser de la confiance d’une femme, mais jamais de sa méfiance… C’est dangereux. (Maurice DONNAY)

13 ans déjà. Si grand et encore un enfant.

DSCF4623

Tu as déjà 13 ans.

Si grand et encore un enfant.

Encore un enfant, et pourtant, tout est devenu si compliqué.

Tout est source de conflit.

Manger un yaourt, se brosser les dents, ranger ta chambre, avoir un Iphone, faire les devoirs, prendre ta douche, vider le lave-vaisselle, descendre  la poubelle, discussions interminables sur le besoin réel d’avoir des vêtements et des chaussures de marque.

La vie de tous les jours d’un adolescent quoi.

Tout est si compliqué.

Si grand et encore un enfant.

Tu as déjà envie de faire ta vie, échapper à toute autorité, faire la sourde oreille aux règles, me montrer que tu peux me tenir tête.

Un ado normal en somme.

Sauf que toi tu revendiques en plus être un enfant qui en a déjà trop vu pour son jeune âge, ce qui te confère automatiquement plus de « droits ».

Je sais que tu m’en veux de t’avoir fait souffrir autant et j’ai également perçu à quel point tu as enduré ces tourments.

Les séparations ne sont jamais simples et comme je te l’ai dit tant de fois, «  il y a des choses qui se passent entre les grands qui ne regardent que nous et que vous ne pouvez pas comprendre, vous enfants ».

Je sais encore que tu as peur de te heurter à nouveau à la douleur et surtout de me voir comme il y a 5 ans.

Tu ne me le dis pas, mais je le sais. Une maman sait.

Tu as été l’homme de la maison  alors que tu étais encore un petit bout (d’homme).

Il faut que tu saches que c’est aussi et surtout grâce à toi et ton frère que j’ai surmonté cette épreuve.

Il faut que tu saches que si tu m’as vue partir, c’est toi qui m’as fait revenir.

Il faut que tu saches que je repense souvent à la force dont tu as fait preuve pour affronter ces difficiles moments de notre vie qui, je le regrette profondément, t’auront marqué au fer rouge pour toujours et surtout que je suis fière de toi.

Malgré tout ce que tu peux penser.

Aujourd’hui tu es en enfant fragilisé, qui ne croit plus en l’amour (ce sont tes mots), qui ne fait confiance en personne et dans la recherche permanente d’attention.

Tu as peur d’être déçu, qu’on ne te voit pas, qu’on ne t’entende plus.  Je comprends.

Aujourd’hui ta maman a retrouvé un amoureux qui s’occupe bien de toi mais tu ne lui fait pas confiance.Je comprends cela parfaitement, aussi.

Il ne faut pas que tu m’en veuilles d’aimer un autre homme que toi et de ne plus être qu’une maman.

Crois-moi, ta maman a beaucoup plus à donner quand elle est amoureuse et épanouie.

Tu apprendras une chose quand tu grandiras, une maman aime toujours ses enfants, quoi qu’il arrive.

Mais tu as peur que tout recommence.

Nous sommes plus forts maintenant, tu le sais, je te le répète incessamment.

Fais-moi confiance. Fais-nous confiance.

Ces moments de tension où tu recherches en permanence la confrontation pour vérifier si je t’aime, je les entends.

Mais comme je suis ta maman, je veux que tu grandisses dans les meilleures conditions, que tu te construises avec de véritables valeurs.

Je ne veux surtout pas que tu te victimises éternellement parce que tu as côtoyé la peine de si près.

Je veux que tu transformes tout cela en force, volonté et caractère.

Je ne veux surtout pas que tu deviennes un handicapé des sentiments.

Je veux que tu fasses de nouveau confiance, que tu crois en l’amour qui dure, sincère et désintéressé.

Si je suis exigeante avec toi, au point que tu me trouves vraiment pénible,c’est parce que je ne veux pas lâcher.

Si j’ai pu indirectement te porter préjudice et contribuer à cette allergie que tu fais aux sentiments positifs, je veux y remédier.

Non, en fait, je vais y remédier.

Pour cela, je vais encore être pénible longtemps, nos discussions vont continuer, tu vas crier, je vais m’énerver, tu vas me détester, nous allons encore pleurer.

Cette fois-ci en revanche, tout cela ne sera pas en vain, je te le promets.

Parole de maman. De maman qui t’aime.

Si grand et encore un enfant. Mon enfant.

Joyeux anniversaire mon chéri.

Rui et moi