Lectures ou humeurs ?

À la fin de ce billet, il va bien falloir que je le classe dans la catégorie « lectures ou humeurs ».
Pourtant j’en suis incapable.
C’est la lecture de ce livre qui a déclenché ce flot d’émotions en moi, de cela j’en suis sûre.
Vous aurais- je parler de ce livre s’il ne m’avait pas bouleversée ?
J’en suis moins certaine.
Vous aurais-je parler de ce mélange de sentiments déclenchés par ces mots s’il ne s’agissait pas de ce livre?
Permettez- moi d’en douter.
Le livre dont je vous parle s’intitule « Juste avant le bonheur », a été écrit par Agnès Ledig et a obtenu le Prix 2013 de la Maison de La Presse.
Le titre m’en disait au premier abord que le bonheur devait être au bout du chemin…
Je comprenais que des difficultés ou même des épreuves allaient certainement se présenter à nous.
Mais pas CETTE épreuve.
Nous entendons dès les premières pages du livre que Julie, une jeune femme de 20 ans, caissière dans un supermarché a une triste vie, monotone et linéaire.
Un emploi loin d’être épanouissant,elle est victime de harcèlement de la part de son supérieur,a du mal à boucler ses fins de mois.
Son seul bonheur,c’est Lulu, son petit garçon de 3 ans, qu’elle a eu avec une « erreur » de soirée un peu trop arrosée,peut être.
Ce petit garçon, elle l’élève seule.Elle l’a voulu.

Il est son soleil, sa nourriture spirituelle, son combat.
Puis un jour, derrière son tapis de caisse, entre deux kilos d’oranges et un pack de bière,elle fait connaissance avec un client qui a l’air de vouloir la prendre sous son aile et lui offrir des petits moments de bonheur, la tristesse de Julie se lisant certainement sur son visage.

hope
Source Pinterest

Elle se méfie car Paul a bien plus que l’âge d’être son père.
Et puis pourquoi pas?
Dans un élan de folie (ou de lucidité), Paul lui propose de l’emmener en Bretagne,voir la mer.
Son fils Jérôme sera également de la partie, lui, dont la femme a mis fin à ses jours.
Tous les deux ont des douleurs et des maux à apprivoiser.
Pour Lulu, elle accepte.
Car Lulu n’a jamais vu la mer et elle rêve depuis toujours de l’y emmener mais n’en a pas les moyens.
Je ne vais pas vous raconter toute l’histoire.
Rencontres délicates, relations émouvantes, des liens se tissent.
Malgré leurs différences, ils apprennent à s’aimer, à trouver en chacun un petit bout de réconfort, une petite noix de baume à passer sur leurs cicatrices respectives.
L’événement qui m’a bouleversée: la mort du petit Ludovic, suite à un accident de voiture, sur le chemin du retour des apaisantes vacances en Bretagne.
Il n’est pas mort sur le coup.
Plongé dans le coma pendant de nombreuses semaines, sa maman prend alors la décision de le débrancher des machines qui le maintiennent artificiellement en vie, qui ne le laissent pas traverser le couloir.
Quelle décision à prendre…
Lulu, la seule chose qui la maintenait en vie, elle.
Le voir partir.
Décider qu’il parte.
Voir son tout petit cercueil se recouvrir de terre.
Le rejoindre?
Ne plus avoir la force.
Devoir rester en vie ?
Pourquoi ?

Source Pinterest
Source Pinterest

Nous vivons avec Julie, Paul, Jérôme et les autres personnages du livre, un véritable combat pour la vie.
Construire une vie avec les autres.
Construire une vie sans lui.
Pleurer, penser ne plus avoir de larmes et en avoir tant encore.
Esquisser un sourire et se sentir coupable pour cela.
Rechuter et se sentir incapable de continuer.
Puis,petit à petit, à l’aide de ses nouveaux amis et en particulier d’une rencontre faite à l’hôpital, Julie reprend goût à la vie.
D’abord tout doucement, comme un chuchotement.
Puis un peu plus vite.

Source Pinterest
Source Pinterest

Cette histoire,qui on ne peut le nier,est tout de même très triste,est un véritable message d’espoir.
La lumière peut s’entrevoir derrière toute ces portes si lourdes et obscures.
Accepter que l’on vous tende une main, faire à nouveau confiance et se laisser guider.
J’ai beaucoup pleuré à la lecture de ce livre, ressenti énormément de bienveillance et ai reçu une leçon de courage et d’espoir.
Parce qu’à la fin, on sait que Lulu, il sera toujours là et qu’un jour, ils se retrouveront,lui et sa maman.
Si vous devez le lire? Oui.

Ce roman est touchant,rempli d’amour,vous vous attacherez rapidement à ces personnages cabossés et fragilisés par la vie.

Ensemble, tout est possible.
Vous allez apprendre comment.

Je suis heureuse, et alors?

BonheurdanssamainGenerationOptimiste

L’autre soir je suis allée dîner avec des copines.

Je prends toujours beaucoup de plaisir à les voir, d’autant plus que nous avons du mal à faire coïncider nos agendas supra chargés de maman, working girls et femmes parisiennes (comme je me la pète, j’adore). 😉

Une première tournée de Cosmopolitains (toute ressemblance avec les retrouvailles des héroïnes de Sex&TheCity est…vérifiée),et nous prenons des nouvelles les unes des autres et également de celles qui n’ont pas pu venir.

Puis quand je demande comment va Minnie (c’est son nom de scène, je vous rassure), je vois que ça coince et que mes compagnes de débauche sont gênées.

Que se passe-t-il? Oh, tu sais, il ne faut pas que tu le prennes mal mais bon,cela ne va pas très bien dans sa vie perso, elle est célibataire depuis un moment maintenant, ça va pas fort dans son boulot non plus, elle galère financièrement

Oui, je comprends,et alors? Raison de plus pour qu’on se voit, c’est fait pour ça aussi les copines, enfin je crois.

Se soutenir, parler, se changer les idées, échanger, partager, je me trompe?

Bah… elle dit qu’elle en a marre que tu lui renvoies ton bonheur à la figure, que tu sois toujours radieuse, que tu postes toujours des photos de toi, de vous, sur facebook, de vos week-ends… Voilà quoi.

Donc elle n’est pas venue, à cause de moi? Bon, pas que, mais, oui, un peu me disent-elles visiblement embarrassées.

Triste et déçue, je décide de ne pas me pencher  trop longtemps sur la question sur le moment, décidée à passer une bonne soirée.

Et ce fut une super soirée.

Le lendemain je tente quand même de l’appeler, Minnie, parce que honnêtement, non, je ne comprends pas.

1, fois, 2 fois, 3 fois, message sur répondeur. « Rappelle-moi ! ». Silence radio.

Je me décide alors à lui écrire un mail. 1 heure après je reçois sa réponse d’une page.

Sans vous retranscrire son courriel, son mail était un tricot (très mal ficelé) de reproches, plus inexplicables les uns que les autres.

Les photos de mon week-end en Toscane, nos vacances,ma photo de profil FB où je suis avec mon chéri, les fleurs qu’il m’envoie, mon air niais et amoureux quand nous nous voyons, ma volonté exagérée de vouloir rester séduisante, mes régimes à répétition, ma façon de m’habiller, ma gentillesse « insupportable » ( là je la cite vraiment)…

Crédit photo: http://reactiongif.org/
Crédit photo: http: //reactiongif.org

Cela ne fait pas du bien de voir ça quand on ne va pas bien, tu devrais le savoir, non?

NON.

En gros, je m’en prends plein la tronche parce que je montre trop que je suis heureuse et que je fais tout pour le rester?

Mais c’est un phénomène de mode ou quoi de maudire les gens qui osent dire que tout va bien?

Pourtant Pharel Williams lui même a remporté un succès fou en disant qu’il était HAPPY!

Mon amoureux a lui aussi eu la même expérience avec deux de ses amies qui ne voulaient pas le voir parce qu’elles mêmes ne traversent pas une bonne période, et que notre bonheur affiché au grand jour était une sorte d’outrage.

Quand il m’avait raconté, je lui avais répondu , elles sont connes et aigries tes copines!

Moi mes amis sont tous contents pour moi !

C’est moi qui ai l’air bien conne là…

Est-ce que c’est mal de dire que oui, tout va bien, que les choses se passent (enfin) bien pour nous?

Doit-on peser ses mots, cacher certaines choses,se contenir ou même faire semblant sous prétexte de pouvoir faire du mal?

Je me rappelle pourtant, il n’y a pas si longtemps que ça d’ailleurs, je me réjouissais d’entendre mes amis dire qu’ils avaient trouvé l’amour, qu’ils se mariaient ou avaient mis un bébé en route.

Je ne leur en voulais pas de me raconter tout ça sans filtre, je ne considérais aucunement que ce n’était pas respectueux envers moi, au contraire! Je m’en nourrissais ! Je prenais encore et encore, cela m’a tellement aidé à remonter la pente et, surtout, à me dire que moi aussi j’y arriverai un jour, bien qu’à ce moment là, je sois plus proche du trou que des étoiles!

Pourquoi y-a-t-il ce négativisme à l’encontre des personnes qui semblent s’aimer, qui veulent aller de l’avant, le montrent et le revendiquent?

Est-ce de la jalousie? De la méchanceté? De l’aigreur? Un mal être?

J’essaie vraiment de comprendre..Mais je n’y arrive pas.

Et je me rends compte qu’en effet, autour de moi, j’ai perdu quelques copains qui m’affectionnaient bizarrement plus quand j’étais célibataire et au bord du précipice.

Tout à coup, il n’ont plus le temps ou ils prétextent que c’est moi qui ne l’ai plus, parce que je suis sur « une autre planète ».

Et bien laissez-moi vous dire que justement parce que je suis sur mon nuage,j’ai de l’amour et de l’amitié à donner au centuple, des épaules encore mieux dessinées pour vous soutenir si vous en avez besoin et une oreille (même deux :-)) pour vous écouter.

Je ne me réjouis pas que ça n’aille pas ou que ça aille moins bien pour vous.

Je n’ai pas la prétention d’affirmer que je peux le changer, mais je peux peut-être vous aider. Je peux être là. Je suis là.

Le reste du chemin vous devez le faire seuls, par vous-mêmes. Vous devez décider si vous voulez reprendre votre destin en main.

Crédithttp://lesbeauxproverbes.com/
Crédit Photo :http://lesbeauxproverbes.com/

C’est ce que j’ai fait. je me suis réveillée un jour et me suis dit que c’était fini de me plaindre, de me complaire dans mon malheur et ma douleur.

J’étais la seule à pouvoir changer les choses.

Aujourd’hui je suis heureuse, mais je l’ai cherché, je l’ai voulu et me suis battue.

Mais rien n’est figé, rien n’est acquis. Pour le moment, je profite de ce qui s’offre à moi, et oui, je le vis à 2000 à l’heure et je dévore tout à pleines dents!

Mais je ne suis pas à l’abri de retomber, je ne crois plus en l’amour éternel et aux contes de fée depuis longtemps.

Et alors? Cela ne m’empêche pas de profiter pleinement de la vie !

Je remercie aujourd’hui mes amis et ma famille,  qui ont cru en moi et qui m’ont aidé à voir la vie sous un autre angle.

A aimer la vie.Tout simplement.

Alors ne m’en voulez pas de le montrer.

Le bonheur peut se multiplier à l’infini. Je suis certaine qu’il y a une part pour vous aussi.

Cherchez-la !

Photo prise à Pise lors de notre séjour en Toscane en juin 2014
Photo prise à Pise lors de notre séjour en Toscane en juin 2014