Le SAV de Noël

Noël me paraît déjà si loin…et pourtant c’était il y a 3 semaines.

Tant de choses se sont passées depuis. De bonnes choses.

Il y a eu ce 7 janvier aussi. Je n’ai pas souhaité écrire depuis, ni dessus (j’avais eu le malheur de publier mon article sur ma super escapade en Andalousie au même moment où se produisait la tragédie chez Charlie Hebdo et me suis sentie bien assez mal).

Aujourd’hui je me pose un peu pour savoir si comme je l’avais manifesté dans mon billet Si tout devient possible à Noël alors, la magie de Noël avait bien opéré.

Tout d’abord, matériellement parlant, je peux dire que j’ai été bien gâtée, j’ai même eu 2 cadeaux de ma wish-list, c’est que j’ai été très sage, hé.

Je vous écris avec l’un d’entre eux et porte l’autre au poignet. C’est déjà bien.Très bien.

Mais est-ce que j’ai réussi à obtenir ce qui me tenait vraiment à cœur?

Tout d’abord, nous avons eu la satisfaction de réunir chez nous, pour la première fois, les 2 familles.

Ce n’était pas une mince affaire, réussir à accorder les plannings et réunir tout le monde.

Et les parents de mon amoureux ont fait l’effort d’être présents tous les deux, alors qu’ils sont divorcés et je sais ô combien cela peut être compliqué ( je ne sais pas si je pourrai le faire moi même un jour plus tard, par exemple).

C’était déjà une grande satisfaction.

Se rendre compte que son amoureux est plus que parfait (d’ailleurs parfait dans son aide pour l’organisation de cette soirée) et une véritable épaule au quotidien, énormissime satisfaction.

Ne pas recevoir (ou presque pas) de critiques de maman, quelle autre grande satisfaction.

Ce 24 décembre, comme par magie, je n’étais ni trop grosse, ni trop maigre, mes cheveux n’étaient pas trop secs et je n’avais pas l’air de ne pas dormir depuis 1 mois.

A ses yeux du moins.

Et puis je lui ai enfin dit. Je n’ai pas réussi à lui dire en face mais j’ai réussi à lui écrire. A la fin d’un texto.

Oui, j’ai enfin écrit à maman « Je t’aime ».

Mais je n’ai pas eu de réponse.

Pas de « moi aussi ».

Pas de « ma chérie ».

Alors, vous comprendrez, je n’ai pas envie de recommencer. Pour l’instant.

mere-fille

Le 23 décembre,la date était drôlement bien choisie, le bulletin de notes du grand garçon est arrivé.

Il était attendu et sans grande surprise, il était à la hauteur de mes espérances ( c’est ironique, bien sûr) : 9.5 de moyenne générale, un comportement je m’en fouttiste au possible et tous les professeurs soulignaient son manque d’implication et son irrévérence.

Je ne savais plus quoi faire.

Discussions interminables, silences insoutenables. Pas d’explication.

Insolence, paresse, insouciance et une sorte de révolte semblent s’être emparés de toi. Et tu trouves cela normal.

J’oeuvre à trouver une solution. Et écoute moi bien petit, je ne te lâcherai pas.

1114516654_B971347125Z.1_20131105124747_000_GJO1FD1LP.1-0

Petit garçon lui, m’a comblée d’amour et de câlins. Comme s’il se disait qu’il devait compenser et qu’il avait lu ma peine quand il m’avait dit qu’il préférait papa, rappelez-vous c’était ici Parce que tu m’aimes tout là haut jusqu’au ciel.

J’ai même eu l’horrible satisfaction ( je le sais, ce n’est pas bien) de l’entendre dire qu’il voulait être tout le temps avec moi « mais tu comprends maman, si tu devais m’emmener à l’école tous les jours, tu arriverais tout le temps en retard au travail. Alors comme papa habite plus près de l’école, c’est bien aussi que je sois un peu chez lui ». CRO MIGNON.

Sans commentaires me direz-vous.

Donc le petit m’aime et il sait que je l’aime.

J’aime le grand ( je le déteste souvent parfois aussi en ce moment) mais lui a l’air ni de le savoir ni de m’aimer.

Alors s’il existe un service après-vente de Noël, je voudrai bien échanger tous mes cadeaux sans exception (même mes magnifiques perles d’AKoya AAA, désolée chéri) contre :

  • un je t’aime de ma maman ( je ne demande même pas mon papa car je sais qu’il en est incapable)
  •  un je t’aime de mon grand garçon
  • une prise de conscience (ou une demie) de mon grand garçon (je sais qu’à 13 ans c’est très dur de se rendre compte qu’on est en train de construire son avenir)

Voilà, c’est tout.

Est-ce que quelqu’un sait où je peux m’adresser?

300.-Fotolia_24125649_XS-COEUR-PANSEMENT-300x225

P-S : ne vous inquiétez pas pour moi, je garde espoir, je suis une battante et tant d’autres choses vont bien !

I will survive

Si tout devient possible à Noël, alors…

C’est super, j’adore de nouveau Noël.

Pendant de longues années (qui m’ont semblé durer une vie entière),préparer les fêtes de fin d’année était un douloureux supplice qui me ramenait à ma triste et terrible réalité.

Le sentiment de solitude et d’avoir raté sa vie (oui on est mélodramatique dans ces moments) est encore plus fort à Noël, moment,où, par excellence, les gens qui s’aiment, se réunissent, quoi qu’il arrive.

On regarde Love Actually alors qu’on sait qu’on va pleurer. Toujours. Toujours au même moment.

Révolu ce temps-là !

J’ai déjà préparé notre décoration de table, notre menu pour le réveillon (car cette année c’est nous qui recevons), démarrer depuis quelques temps les décorations pour la maison, et me suis renseignée sur les cadeaux qui feraient plaisir à mes proches.

J’apprécie vraiment aller en courses et acheter un cadeau précis pour une personne précise.

Je n’aime pas faire les choses au hasard ou par dépit, j’aime imaginer le plaisir que je vais procurer (en tout cas je l’espère).

J’ai d’ailleurs tendance à m’oublier dans ces moments-là.

Alors, cette année, Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel, j’aimerai retrouver au moins un de ces cadeaux auprès de mes petits souliers. Je ne vais pas te donner le nom du magasin car mes enfants m’ont dit que tu savais tout, donc comme tu as un œil sur tout, tu vas sûrement trouver…

Peut-être as-tu une super application sur ton smartphone ? Après tout, à l’époque du Web 2.0, toi aussi tu as du investir dans les nouvelles technologies, non ?

Et si si, je te promets, rien qu’un seul de ces cadeaux me fera vraiment, vraiment très très plaisir.

Alors voilà :

J’ai perdu (ou plutôt mon fils m’a perdu, mais bon tu sais bien que les mamans protègent bien trop souvent leurs progénitures) ma montre l’année dernière à la plage.

C’était ma maman qui me l’avait offerte. Je ne m’en suis pas racheté une autre depuis.

Celle-ci me plaît bien elle est un peu masculine, et me donnera de l’assurance (oublie le prénom qui est gravé dessus, moi je m’appelle Cristina).

Accessoirement, elle donne l’heure, ce qui m’évitera de paraître une maniaco-dépressive toujours en train de consulter mon portable

montre agatha

J’en ai carrément marre de notre halogène dans le salon.

Je rêve d’une lampe en bois flotté. Tu en verras sûrement beaucoup.

Voilà une petite idée qui t’aidera à comprendre ce que nous aimons :

lampadaire-en-bois-flotte-refuge-marron

Là, tu vas dire que je suis trop matérialiste, mais je t’assure, j’en ai vraiment besoin ! C’est mon outil de travail ! Et celui sur lequel je t’écris actuellement est en train de rendre l’âme, il a quelques années de loyaux  services et me connait certainement par cœur.

Bientôt il va me brûler les jambes tellement il chauffe ( car oui, nous avons une relation très proche, je le pose toujours sur mes genoux).

Mais des fois, il faut savoir se séparer de certaines choses 🙂

Le rose tu me demandes ? Bah oui, tant qu’à faire, je veux bien. Mièvre jusqu’au bout.

(Et encore, je n’ai pas demandé une coque Hello Kitty).

MBKSPD0048_mainv3_MW_0

Alors, pour celui-là, je suis un peu embêtée. Comment te dire ? Cela va coûter cher hein ?

Je suis loin du compte pas vrai ? Je ne lui ressemble pas du tout, je sais, il y a du boulot.

Quoi la chirurgie esthétique ça ne compte pas ?

Mais je te mène en bateau  vieux Santa !

manteau

En fait je cherche désespérément un manteau blanc, cintré. Et je n’en trouve pas !

Partout où je vais, je ne vois que des manteaux peignoir jaune moutarde !

Je n’ai que du noir, du noir. Je me révolte, je veux du blanc, du blanc !

Please ❤ (et oublie le décolleté aussi, ce n’est pas le but hé!).

Bon et d’accord, si tu peux faire quelque chose pour qu’il y ai une petite ressemblance entre nous, je ne t’en voudrai pas.

Ok, j’arrête.

Et puis, si toutefois, tu avais gagné à l’Euromillions, nous aimerions beaucoup nous acheter une petite maison coquette, au bord de la mer (tu remarqueras que je pense à tout le monde, et pas seulement à moi).

De préférence dans le sud, si tu pousses un peu, nous sommes prêts à aller en Corse, d’accord, nous sommes prêts à faire des concessions.

maison-reve-mer

Mais en fait, tu sais quoi ?

Je me rends compte que si je devais vraiment souhaiter que la magie de Noël opère, je me passerai volontiers de ces « petites choses ».

Si je devais fermer les yeux et espérer très fort, mon choix se porterait définitivement ailleurs.

J’oserai peut-être  prendre ma maman dans mes bras et lui dire que je l’aime, que je regrette de l’avoir fait souffrir avec mes tribulations amoureuses épiques.

J’oserai avoir des marques d’affection envers elle et finir mes messages par « je t’aime » au lieu de mettre «  à + ».

Ce n’est pas parce que dans ma famille on n’est pas très démonstratifs que je dois suivre le même exemple.

J’oserai lui dire que je sais ce qu’elle a ressenti parce que moi aussi je suis maman aujourd’hui et je sais ô combien la souffrance de nos enfants fait mal.

J’oserai dire à mon père que notre relation (ou plutôt l’inexistence de cette dernière) a sûrement été conditionnée par certaines choses du passé qu’il pense que j’ignore.

Je ne les ignore pas et je lui en ai toujours voulu pour ça.

Cela a peut-être même formaté  ma vison des hommes.

Si par magie, je pouvais l’effacer, nous pouvions oublier et essayer de profiter des moments de cette vie qui peut prendre fin demain ?

Si par magie, je pouvais gommer subtilement ces moments douloureux que j’ai imposés à mes enfants ?

Si par magie, petit loulou pouvait arrêter de me percevoir comme une maman à mi-temps et surtout arrêter de me dire qu’il préfère papa.

Si par magie, grand loulou pouvait prendre conscience qu’il ne m’aide pas en se renfermant sur lui et que j’ai besoin de son aide pour construire notre famille (si je pouvais aussi demander un extra et qu’il pouvait comprendre que l’école c’est important et qu’il devienne un bon élève, je te préparerai des supers cookies de Noël quand tu passeras).

Et s’il pouvait simplement me dire qu’il m’aime de temps en temps, ça me ferait plaisir.

Pas tous les jours, ni quand il a besoin de 20 € pour aller chez Starbucks.

Juste comme ça. Parce qu’il le penserait vraiment.

Alors tu vois, cher Père-Noël, tu peux oublier ma liste de cadeaux.

Si seulement tu pouvais faire « cette » magie opérer, ce serait vraiment cool.

magie-de-noel