4ans, Lisbonne et nous

Il y a 1464 jours, je rencontrais ce jeune homme aux cheveux grisonnants et au sourire ravageur que vous avez pu apercevoir sur toutes quelques-unes de mes photos.

Je vous rassure de suite, je ne vais pas réécrire ici « L’éducation sentimentale », Flaubert l’a déjà fait.

Je ne vais pas non plus vous parler de ce sentiment fiévreux qu’est la passion, ni vous peindre la beauté de l’amour, notre amour, Albert Cohen l’a déjà fait pour moi également, en écrivant ce majestueux roman qu’est « La Belle du Seigneur », j’aurai peur de faire mieux que lui (pffffff).

Ne comptez pas non plus sur moi pour vous laisser entrevoir nos 50 Nuances de Grey, vous seriez déçus de voir que nous mettons Anastasia et Christian KO, oui, oui, oui.

Je vous donnerai en revanche un petit tuyau : l’amour s’entretient et se nourrit de petits moments de bonheur, d’évasions, de fenêtres sur la mer, qui permettent la fuite de ce quotidien qui peut se révéler parfois fatal au couple le plus normal et amoureux qui soit.

Et ça, nous savons faire !

Pour célébrer les 4 années de notre rencontre (déjà ?), nous avons mis les voiles sur une ville que j’adore, une de mes préférées, chauvinisme et ultra-nationalisme mis de côtés, bien évidemment : Lisbonne.

Nous nous y étions déjà rendus en Août 2014…mais avec les enfants…donc pas tout à fait le trip souhaité.

J’adore Lisbonne pour une multitude de raisons que je ne pourrai toutes énumérer ici, au risque de faire un article de 10 000 mots.

Je suis amoureuse de ses couleurs pastel, de son architecture, j’affectionne la diversité d’univers que l’on y croise, sa gastronomie, ses rues pavées, ses monuments, ses collines, ses innombrables points de vue panoramiques, ses multiples places et cafés, mais surtout, surtout la mer et son ciel bleu qui se rejoignent pour le plus grand bonheur de nos yeux.

Je n’ai jamais vu un nuage dans le ciel de Lisbonne à chaque fois que j’y suis allée, le soleil restituant dignement à la ville toute sa splendeur.

Donc à chaque fois que quelqu’un me dit qu’il a été à Lisbonne et qu’il a eu mauvais temps, je me demande « comment il a fait » ? !!

Nous voilà donc levés vendredi à 5H00 du matin pour prendre un vol à 7H20 au départ d’Orly avec la compagnie Transavia (vols très bon marché), afin de profiter au maximum de notre première journée sur place.

Sachez qu’il y a une heure de moins au Portugal !

Nous avions loué une voiture sur place au prix de, tenez-vous bien, 16 € pour les 3 jours sur Drive On Holidays si ça vous intéresse), alors pourquoi nous en priver (la location n’est pas à l’aéroport même mais à 5 minutes en voiture, une navette vous y emmène).

L’aéroport est très proche de la ville (20 minutes) et facilement accessible.

Si vous pouvez aisément visiter Lisbonne à pied, en tram (vous êtes obligés de prendre le tram jaune !) ou en métro, il est recommandé d’avoir une voiture si vous avez un peu de temps et souhaitez visiter les environs de Lisbonne qui jouissent également de merveilleux trésors (Cascais, Sintra, Estoril, etc…).

Dès notre arrivée, nous avons pris la route qui longe la côte avec une magnifique vue sur l’océan, pour nous rendre à Cascais, charmant petit village de pêche, situé à l’ouest de Lisbonne, à une vingtaine de minutes si vous ne décidez pas de vous arrêter avant, tellement cette route vous donne envie de vous poser partout et de contempler la vue, tout simplement.

Pour me punir, quelques nuages avaient investi le ciel…

img_3175

img_3203

img_3207

img_3212

 

img_3218

img_3196

La première chose que nous avons faite a été bien évidemment d’aller marquer de nos empreintes le sable blanc, nous délecter de cette harmonie de bleu entre le ciel et la mer.

img_3187

Et là, juste fermer les yeux, écouter le silence et le bruit des vagues.

L’avantage de voyager hors saison, c’est qu’on se retrouve souvent presque seuls dans des endroits bondés en été.

Nous y avons déjeuné dans un restaurant qui ne payait pas de mine et qui affichait tout de même à son entrée, en toute modestie « Ici, nous faisons le meilleur poulet grillé du Portugal ».

Nous n’avons pas été déçus, avons mangé et bu comme des papes, tout cela pour 21 €…

Je vous donne les prix car c’est vraiment à noter, à Lisbonne, comme dans beaucoup d’endroits au Portugal, vous mangez très très très bien (plus que de raison) pour un très bon prix.

Tout cela, bien sûr, si vous fuyez les restaurants à touristes, qui sont en général ceux qui ont un rabatteur pour vous y faire entrer à tout prix (!)…

Cascais vous enchantera par ses petites rues pavées, son centre historique au charme fou, la proximité de très belles plages, des monuments chargés d’histoire et de culture.

Cette petite ville vaut vraiment le détour et vous aimerez vous y perdre sans destination précise.

Vous pouvez également louer un vélo pour parcourir la piste cyclable de la côte, qui peut par exemple vous conduire, à « Boca do Inferno », qui signifie « la bouche de l’enfer ».

Boca do Inferno
Boca do Inferno
Son nom vient de la grotte effondrée contre laquelle les vagues de l’Océan Atlantique s’écrasent violemment.

Ce spot est très apprécié des pêcheurs et vous offrira certainement un très beau moment de méditation.

Vous pourriez ensuite vous arrêter sur d’autres magnifiques plages et contempler les prouesses des beaux surfeurs ou manger une glace dans un des nombreux bars/restaurants les pieds dans le sable.

img_3237

Ça vous tente ?

Mais la voiture, nous l’avions louée surtout pour nous rendre au sud de Lisbonne, à environ 40 minutes, dans ce qu’on appelle le « Petit Paradis du Portugal », Portinho da Arrabida, situé dans le luxurieux Parc Naturel du même nom.

Après un petit passage par la jolie petite ville de Sesimbra et quelques pas laissés sur la « Praia da California », nous voilà enfouis dans la végétation sur une route improbable (attention aux amortisseurs de la voiture !).

img_3267

img_3277

Quiétude, paisaibilité, vue à couper le souffle, eaux transparentes, sable fin, nous avons débarqué sur ce petit bout de paradis à l’heure du déjeuner, sans savoir que nous n’allions plus vouloir en partir, nous qui avions tant à faire !

Nous avons pu pique-niquer sur le sable, seuls au monde, et cerise sur la gâteau, en t-shirt (je vous rappelle que nous étions le 14 janvier).

Je vous laisse en juger par vous-même.

img_3303

img_3310

(Désolée pour la vidéo de mauvaise qualité (le bruit, la qualité de l’image, vous noterez qu’à un moment j’ai failli tomber…)

Notre retour vers Lisbonne s’est fait sur un fond de mélancolie, à travers les spectaculaires paysages que nous offrait la Serra, avec en musique de fond, du fado, chant traditionnel portugais, chant mélancolique, évoquant généralement ce sentiment de « saudade », mot très difficile à traduire, qui évoque un manque, mais non nécessairement empreint de nostalgie, c’est un mélange de joie et de tristesse, c’est très difficile à exprimer en français.

Le fado, soit vous adorez, soit vous détestez.

En bonne pleurnicheuse que je suis, j’y suis très sensible et m’émeut facilement en écoutant cette musique.

L’amoureux n’étant pas le meilleur pour rien, a trouvé un très bon restaurant pour le soir même où l’on peut y goûter les meilleurs plats traditionnels portugais (une véritable tuerie) tout en écoutant des chanteurs de fado chanter en live.

Pour votre plus grand dégoût (le chéri est outré à chaque fois que j’en mange), j’ai eu un orgasme culinaire en mangeant leur poulpe « à lagareiro » (grillé au feu de bois, huile d’olive et ail- j’ai dû me brosser les dents 17 fois avant de pouvoir rouler de nouveau des pelles).

img_3342
Polvo à lagareiro
J’ai également pris un très bon « caldo verde », soupe traditionnelle de chou, pommes de terre et chorizo (quoi j’ai pris 4 kilos ?).

img_3341
Caldo Verde
Si vous souhaitez tenter l’expérience, il s’agit du Retiro dos Sentidos, dans le très animé quartier Bairro Alto (attention, il vaut mieux réserver), toujours à un prix très raisonnable.

Découvrir le fado, c’est comprendre un peu mieux l’histoire et la culture du Portugal.

Nous restait la dernière journée pour déambuler dans les rues de Lisbonne la vagabonde, la colorée, la parfumée, Lisbonne la fière, la vieille, la nouvelle, la généreuse, la lumineuse, la bruyante, la silencieuse.

Visiter Lisbonne c’est un voyage de saveurs, de senteurs, pour lesquels il vous faudra…une bonne paire de baskets !

Lisbonne s’est formée sur 7 collines, alors autant vous dire qu’on monte et on descend en permanence, on se muscle le fessier, et après avoir goûté tous les mets qui s’offrent à vous, vous serez ravis de faire appel à vos cuissots !

La générosité des personnes et leur chaleur humaine vous interpelleront certainement, et c’est une caractéristique que l’on retrouve dans tout le pays, les portugais sont très humbles, toujours prêts à rendre service.

Les quartiers de Lisbonne à visiter sont très nombreux, je ne saurai vous en conseiller un en particulier, absolument tous ont leur charme.

Alors autant vous dire que le temps aura été notre pire ennemi…tant de merveilles restaient encore à voir ou à redécouvrir.

Je vais vous faire une petite confession « guimauvesque ».

La personne avec qui vous découvrez ce genre d’endroit est déterminante ; elle peut sublimer votre séjour ou au contraire, le rendre absolument abominable.

Dans une autre vie, j’étais déjà aller à Lisbonne, dans des conditions assez similaires…j’en garde pourtant un très mauvais souvenir…c’était sans doute la mauvaise, de personne.

J’étais cette fois-ci si heureuse de faire découvrir à l’amoureux et de partager avec lui ce petit bout de moi.

Et c’est un pari réussi ! L’amoureux est tombé sous le charme de Lisboa !

Ces 3 jours furent pour nous idylliques. Aucune ombre au tableau, tout était PARFAIT.

Pour l’hébergement, de nombreux Airbnb très sympas sont disponibles en plein centre historique, nous avions séjourné dans l’un d’entre eux en 2014 (mais n’avions pas dormi car il était situé dans le quartier qui ne dort pas la nuit, justement, le Bairro Alto).

Nous avons cette fois-ci opté pour un hôtel très bien placé, le MUNDIAL, à deux pas du quartier du Rossio, qui possède un restaurant gastronomique au 8ème étage, avec une vue panoramique sur la ville, dans lequel nous avons eu la chance de dîner le premier soir.

Je vous laisse avec quelques clichés qui parleront mieux que moi, et qui vous donneront peut-être envie de vous y échapper pour quelques jours (#NOFILTER).

img_3381

img_3373

img_3369

img_3351

img_3353

img_3354

img_3348

img_3355

dsc_0534

img_3371

img_3404

img_3382

img_3379

img_3384

img_3386

img_3387

Enfin, je souligne  juste le fait que s’y rendre hors saison est une expérience absolument différente que par exemple en juillet ou en août où vous vous retrouverez noyés parmi les milliers de touristes 😉 (c’est du vécu)

Nous, nous, pourrions y passer toute une vie je crois…alors, nous y retournerons !

Rendez-vous dans 365 jours pour notre escapade des 5 ans <3.

Belle semaine à tous !

Signature

Lisbonne, mon amour

Nous sommes tous pareils, dès que les journées s’écourtent, on pense vacances, soleil et chaleur.

Ce week-end, nous sommes partis à Provins (pas dans les Cévennes, pour ceux qui ont suivi).

C’était chouette, je ne connaissais pas du tout.

Et pourtant, c’est de Lisbonne que j’ai envie de vous parler aujourd’hui.

Nous avons tous dans notre entourage quelqu’un qui est parti en week-end ou quelques jours à Lisbonne dernièrement.

Nous avons contribué à accroître cette moyenne, cet été, lors de notre périple au Portugal, que nous  avons bouclé par la capitale de la Lusitanie.

4 jours n’auront pas suffi pour abreuver notre soif de cette ville, si cosmopolite et lumineuse, moderne et vieillissante, pauvre et indécemment luxueuse.

Lesson 1 : ne restez pas dormir dans le quartier du Bairro Alto.

Vous y ferez la fête, vous mangerez pour pas grand-chose, boirez à n’en plus pouvoir, pleurerez sur du fado si vous y êtes sensible, tout ça, tout ça. Mais vous ne dormirez pas.

Nous n’avons pas dormi car notre appartement (réservé sur airbnb) se situait juste au-dessus du Chiado) qui est un point de départ de tramway. Touristes à foison, personnes venues faire la fête, habitants vivant dehors, cet endroit ne connaît jamais le calme.

DSCF5180                          DSCF5208

Cela ne nous a pas empêchés d’être sur pieds le matin très tôt.

Ouvrez la fenêtre, écoutez le bruit enivrant  de la ville qui monte, respirez ses odeurs, regardez le bleu azur du ciel lisboète et vous serez dehors  en moins de 2 minutes.

Qu’est-ce qu’il fait bon vivre à Lisbonne !

Il faut dire que cette ville a la chance d’être située au bord de la mer avec un climat plus qu’agréable.

La combinaison de lumières entre le ciel et  le soleil brûlant qui se reflète sur les anciennes constructions de chaux blanche d’inspiration Maure est juste fabuleuse.

Il y a tant d’endroits à visiter, où vous pourrez rester des heures,qu’il serait impossible d’y consacrer un seul article.

Chaque quartier mériterait à lui seul que l’on se penche amoureusement sur lui.

Mais évidemment, il faut que je vous dise que vous adorerez la Baixa, le Chiado, le Rossio, le Bairro Alto, zones historiques chargées d’histoire et de patrimoine.
C’est là que vous trouverez l’âme de Lisbonne : dans ses immeubles en ruines, dans ses pharmacies authentiques datant de 2 siècles, dans ses balcons baignés par le soleil où l’on met le linge à sécher (comme en Italie!), dans ses buvettes typiques où vous pourrez écouter les chants mélancoliques dont Amalia Rodrigues fut la plus grande cantatrice.
Vous devez bien sûr allez au Château S.Jorge qui surplombe la ville, d’où vous aurez une vue époustouflante sur la ville.

DSCF5138 DSCF5219 DSCF5176DSCF5389DSCF5286DSCF5278

Lesson 2 : si vous pouvez, arpentez la ville à pied. Vous prendrez alors le risque de  découvrir des points de vue panoramiques extraordinaires,  dans des endroits au charme insoupçonnable, pénétrerez dans des ruelles qui sont uniquement piétonnes et qui abritent par exemple de somptueuses demeures dont la façade est recouverte de sublimes azulejos peints à la main, et tant d’autres secrets.

Vous pourrez surtout flâner et découvrir à votre guise : vous ne serez pas déçus. Il y en a vraiment pour tous les goûts.

Toute la zone dédiée aux conquêtes maritimes du Portugal vaut parfaitement la chandelle aussi : la Torre de Belém, le Mosteiro des Jéronimos, le Padrao dos Descobrimentos, autant de joyaux et hommages aux navigateurs portugais qui ont colonisé le monde.

Classique mais incontournable : manger un pastel de Belèm, dans la plus ancienne fabrique de la ville. Sortis du four et saupoudrés de cannelle, vous vous en lécherez les doigts (on l’as tous fait !).

DSCF5254          DSCF5124

Lesson 3 : les environs de Lisbonne méritent également d’être parcourus. Faites-le !

Notre coup de cœur va à Sintra, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Située à une vingtaine de minutes de Lisbonne, cette ville est une véritable perle architecturale, en plein cœur d’une végétation luxuriante.

Palais et demeures royales en font son charme principal. Le château des Maures  finira de vous convaincre.

Toute la marginale lisboète vous offrira des haltes que vous apprécierez : Cascais et son port si bucolique, les plages de Carcavelos ou la très huppée ville de Estoril.

Aller à Lisbonne vous permettra de satisfaire de multiples  envies  : culture, histoire, plage, soleil, farniente et détente. Tout cela dans une ville où les habitants sont très agréables et accueillants, on y mange bien  (mais trop je dois dire- compter une portion pour 2, voir 3 personnes) et l’on y boit encore mieux).

DSCF5162 DSCF5079 DSCF5153

Tout cela à moins de 2 heures de Paris, avec un aéroport situé à 20 minutes de la Capitale.

Qu’attendez-vous ?

Cadeau