Ma come sei bella , Sardegna !

Avant toute chose, je dois vous informer qu’un minimum de pré-requis est indispensable pour un voyage sur cette île enchanteresse qu’est la Sardaigne.

Je vous convie ainsi à valider les points suivants :

  • vous ne devez pas être allergique au bleu, à toutes ses infinies nuances possibles et rêvées, et plus particulièrement au turquoise
  • vous devez pouvoir être capable d’admirer votre reflet dans la mer sans vous en offusquer (rappelez-vous, c’était un vrai problème pour moi, il n’y a pas si longtemps que cela)
  • vous aimez à la folie, voire passionnément, l’astre suprême qu’est le soleil
  • vous êtes friands de paysages spectaculaires, dessinés avec une main de maître, par la Mère Nature, entre ciel, terre et mer
  • vous aimez faire votre rebel et sortir des sentiers battus, braver les guides touristiques
  • vous n’êtes pas jaloux (grosse concentration de belles créatures en string ou en moule-quéquette)
  • vous parlez l’italien (seule et unique langue connue par les sardes, en plus du sarde, bien sûr)

Vous voilà donc prêts à décoller vers ce joyau de la Méditerranée, située au sud de la Corse, avec laquelle nous avons d’ailleurs retrouvé énormément de similitudes.

Quand nous nous sommes penchés, en janvier, sur le choix de notre destination des grandes vacances, nous avions tout d’abord songé de nouveau aux Cyclades, que nous avions tellement affectionnées l’été dernier, destination préférée de nos enfants jusqu’à présent.

Mais, avec l’amoureux, nous avons à coeur de choisir des destinations qui nous sont inconnues à tous les deux, ce qui était le cas pour la Sardaigne.

Cinq autre raisons entrent toujours en considération dans notre choix:

  • beau temps garanti, 30 degrés minimum
  • budget raisonnable, famille nombreuse oblige
  • durée du voyage en avion tolérée par nos farfadets
  • alternatives à la plage, culturelles et historiques
  • destination hors de la France (houhou, je vous entends déjà huer), pour un dépaysement total

Après une petite étude de marché, la lecture de blogs divers et d’autres papiers tissés sur la toile, ces 5 critères se sont vite retrouvés cochés et, séduits par les alléchantes photos offertes par ses nombreux visiteurs, notre choix s’est porté sans aucun doute sur la Sardaigne.

Nous avons planté notre tente (comprendre loué une petite bicoque) sur le Golfe d’Orosei, situé à environ 80 kilomètres au sud d’Olbia, sur la côte Est.

1H30 au départ de Paris, nous aurons suffit pour rejoindre l’île de beauté et atterrir à Olbia.

Il était pour nous hors de question de nous retrouver sur la Costa Esmerala, lieu tant prisé par les touristes.

Si nous fuyions Paris et sa jungle, ce n’était évidemment pas pour nous retrouver avec des milliers d’autres voyageurs en mal de soleil, nez sur la ficelle de Paola, une demi-fesse sur la serviette de Maurizio.

Nous préférons de loin les lieux peu fréquentés, nous aimons à emprunter les chemins de terre, n’avons pas peur de nous retrouver seuls sur la plage (oui, nous sommes adeptes du nudisme).

La curiosité nous a tout de même poussés à monter dans la voiture et aller voir ce qui se passait chez les riches et nous n’avons pas regretté un seul instant notre choix, je vous laisser juger par vous même :

San Teodoro
San Teodoro

Si la Sardaigne est très réputée pour ses plages paradisiaques, l’arrière-pays n’en demeure pas moins charmant et mérite d’être visité.

Et pour cela, une voiture est indispensable, à moins que vous ne souhaitiez tourner en rond dans votre resort.

Mais revenons à la mer.

Ce qui nous revient à l’esprit en permanence, c’est la beauté de sa côte, creusée par d’innombrables grottes, ses baies, ses vertigineuses gorges venant mourrir sur cette eau transparente, d’un bleu caraïbéen qui met tous vos sens en émoi, si, si.

En Sardaigne, on se nourrit de la mer, rien qu’en la regardant.

Justement pour découvrir toutes les nuances de bleu tant attendues, nous avons loué un bateau à deux reprises, de façon à pouvoir explorer le maximum de criques, plages secrètes, jeter l’encre où bon nous semblait et nous offrir sans pudeur à cette mer qui n’attend qu’à être bue.

Nous avons révisé toutes nos onomatopées:

Piscine Di Venere
Piscine Di Venere

DSCF7788

Les fonds marins et la transparence de l'eau sont une invitation au snorkling
Les fonds marins et la transparence de l’eau sont une invitation au snorkeling

IMG_1597

DSCF8082
Quand je vous parlais de la transparence 🙂
IMG_1517
Hommage à mon maillot de bain de vieille, selon ma maman
Mer d'huile
Reflet dans la mer d’huile
Nous avons jeté l’encre ici pour rejoindre la petite plage, derrière la grotte
DSCF8017
Tant de beauté invite à la méditation
DSCF7647
Guimauve Time

DSCF7559

IMG_1679
La vue en face de notre chez nous
DSCF7515
Ne te moque pas
DSCF7779
Ballade en mer
IMG_1551
Dans un virage, tu t’arrêtes, et tu aperçois cette crique de folie (Cala Golone)

DSCF7427

Je pourrai encore vous coller ici 2000 photos, que je ferai encore « ouaou » « oohohohoh » « uhuhuhuh », tellement c’est beau.

Les grottes marines seront appréciées par les amateurs de plongée, qui adoreront explorer les incroyables formations granitiques de ces immenses blocs de roche.
La Sardaigne, c’est  une beauté sauvage, brute et caractérielle, que vous pourrez contempler en parcourant ses villages escarpés, au sommet des montagnes, surplombant fièrement la mer.

Nombreux sont encore les vestiges de la culture nuragique, qui contribuent à une fidélisation des traditions antiques et à une atmosphère unique.

Loin des projets d’urbanisation de certaines zones côtières, la Sardaigne a su conserver une nature sauvage et fière.

DSCF7674
Orosei
DSCF7970
Magnifique ville de Bosa, sur la côte ouest
Village de Posada
Petit village médiéval de Posada, complètement désert où nous avons été merveilleusement accueillis
IMG_1616
Village fantôme, surréaliste, San Salvatore de Sinis, sur la côte ouest où ont été tournés de nombreux westerns
IMG_1394
Orosei et ses charmants tons pastels
IMG_1604
A Oristano
IMG_1611
San Salvatore de Sinis
IMG_1491
L’église immaculée d’Orosei

DSCF7679

DSCF7844

3 semaines ne nous ont évidemment pas été suffisantes pour explorer l’île qui paraît petite mais offre une large palette de loisirs, activités et endroits à fouiller, approfondir, à expérimenter.

Nous aurions aimé pouvoir emprunter un des nombreux chemins de randonnée spectaculaires qui se faufilent dangereusement sur les falaises pour venir terminer leur chemin en mer mais cela nous était complètement impossible avec les farfadets (quelle idée de les emmener dans un endroit aussi paradisiaque – note à nous mêmes, se contenter de les emmener à Center Parcs, la prochaine fois).

Une autre escapade s’impose donc, cette fois-ci, en amoureux, sans pause-pipi et goûter toutes les 7 minutes 30 (on en reparle dans un prochain billet si vous le voulez bien).

Si nous avons été enchantés par les paysages sardes, nous noterons deux petits bémols à notre séjour:

  • Les sardes ne parlent pas un seul mot d’anglais, donc autant vous dire que le français est pour eux une langue morte.

Cela a généré quelques situations cocasses, au restaurant par exemple où nous nous sommes retrouvés avec de la viande à la place de poisson et vice-versa.

Nous avons également fait vivre à nos enfants le premier resto-baskets, après une attente et un service pitoyables dans le touristique village de San Teodoro !

Ils ne font aucun effort et te font comprendre que c’est à toi de parler leur langue, car c’est toi qui viens chez eux.

  • Nous avions lu partout que l’hospitalité des habitants de l’île était légendaire et pourtant nous ne sommes pas sûrs de l’avoir jamais rencontrée.
Hospitalité sarde
Sur un mur, à Posada

Pour la petite anecdote, la personne qui nous a réservé le meilleur accueil était allemande, tombée amoureuse d’un sarde et de son village perdu, Posada, qui s’y est installée et tient aujourd’hui un hôtel-restaurant avec son cher et tendre.

Certains disent qu’ils sont pudiques et fiers.

Peut-être…en tout cas, nous n’avons pu nous empêcher de faire le parallèle avec le sens de l’accueil si généreux des habitants de Paros et Naxos, l’année dernière, qui est une des raisons principales pour lesquelles nos exigeantes progénitures souhaitent y retourner.

Notre constat reste néanmoins sans appel :

 Ma come sei bella , Sardegna !

J’espère que vous passez tous un bel été de votre côté !

A très vite pour la suite des aventures!

                                                   , qui s’est prise pour une sirène pendant 3 semaines

23 réflexions sur “Ma come sei bella , Sardegna !

  1. Outre les photos d’une grande qualité pour ce site enchanteur le style est toujours aussi agreable… Précision du verbe, finesse de l’analyse et amour du beau avec un B majuscule! Tout toi!
    Bravo et merci pour ce billet!

    Aimé par 1 personne

    1. Quel plaisir et quel honneur de vous voir par ici Mr Rougé ! J’en suis très flattée! Connaissant d’autant plus votre goût et votre talent en photo, je suis joie ! Merci à toi pour ce gentil message mon Filou ! Bonnes vacances ! Plein de bisous

      J'aime

    1. Merci Sweetie Julie, c’est gentil ça 🙂 Comme je disais à Séverine, je suis contente d’avoir écrit ce billet pour m’en souvenir car ces jours à Paris m’ont déjà rendue dingue. Le parisien est diplôme en passation de stress sur l’autre (en un temps record). Sinon, bien sûr, c’était fabuleux ! Gros bisous

      Aimé par 1 personne

  2. En fait vous vous êtes payés un aller au Paradis! Que c’est beau. J’imagine que ça a dû etre difficile de dire aurevoir à tant de merveilles. Une parenthèse enchantée qui vous a fait le plus grand bien j’imagine. Vous avez tous un magnifique sourire sur les photos.
    ps- j’adore tous tes maillots de bain.
    Bises ma belle et bonne reprise!

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Marie ! Oui c’est vrai, un petit paradis, vraiment et beaucoup moins cher que si nous étions partis sur la côte d’azur par exemple 😦 Le retour est très dur, la semaine a été méga compliquée (suite à ma démission, les choses sont un peu tendues) mais ce sont des moments et des images que nous garderons à tout jamais. J’ai cru comprendre que tu étais rentrée,essayons de nous voir avant que je parte (bien que rien ne nous empêche de nous revoir après, of course).Je t’embrasse, bon we !

      Aimé par 1 personne

  3. Magnifique !! Je suis allée en Sardaigne je devais avoir 13/14 ans avec mes parents! Donc ça date !! 🙂
    Nous avons souvent pensé y retourner avec Namoureux, mais à chaque fois, nous avons changé d’avis au dernier moment. Mais c’est certain nous irons un jour. Reste à choisir dans quelle partie de l’île !

    Aimé par 1 personne

  4. Namoureux et toi devez y retournez ! Sans enfants, vous pouvez envisager encore plus d’activités à deux , il y a des trucs de dingue à faire! En ce qui concerne le choix de la localisation, tout dépend de ce que vous aimez. Perso, nous sommes très contents d’avoir séjourné à Orosei, ce n’est pas encore très touristique, c’est un esprit village, il y a de magnifiques et nombreuses plages autour! Bises et bon we Sophie !

    J'aime

  5. C’est vraiment superbe !!! Ça donne envie … Il faut vraiment que nous nous décidions à y aller un de ces quatre !!!

    Je dirais que notre problème serait de pouvoir nous y rendre à moindre coût … Je suis sûre que c’est beaucoup plus facile pour toi qui vis à Paris que pour nous qui sommes juste à côté :/ (l’avion, faut pas y compter et les liaisons maritimes sont infimes entre octobre et mars) (et comme nous sommes des asociaux, faut même pas nous y imaginer entre mars et octobre). Bref, un jour on y ira : les photos et ta narration donnent trop envie)

    Bises et bon courage pour le retour !

    Aimé par 1 personne

Envie de dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s